•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.N.-O. : les aînés appelés à se prononcer sur leurs besoins

Une préposée aux soins tient la main d'une personne âgée.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest cherche à élaborer une stratégie pour les aînés en organisant une consultation.

Photo : Shutterstock / Lighthunter

Radio-Canada

Aux Territoires du Nord-Ouest, la tranche démographique des plus de 60 ans est celle qui croît le plus vite. Le gouvernement a donc décidé de lancer une consultation pour élaborer sa toute première stratégie sur les aînés.

Si, aujourd’hui, la population de plus de 60 ans représente 15 % de la population totale des Territoires du Nord-Ouest, entre 2003 et 2021, elle a augmenté de 148 %, alors que la population totale n’a augmenté que de 7 %.

Ces chiffres, tirés des données compilées par le Bureau de la statistique du territoire, en disent long sur son avenir démographique. Le territoire a donc décidé de tenter de trouver des solutions pour répondre aux besoins de cette population.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest n'a pas de stratégie pour les aînés actuellement, confie Jeremy Bird, un porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Cela est pourtant en passe de changer, puisque, en mai dernier, le gouvernement ténois a lancé une consultation qui s'adresse aux personnes âgées de 55 ans et plus, ainsi qu’à leur famille et à leurs aidants, et aux gouvernements autochtones, aux administrations communautaires et aux organisations non gouvernementales au service des personnes aînées.

Le but est simple : mieux comprendre les besoins des résidents au fur et à mesure qu’ils prennent de l’âge, affirme un communiqué du ministère de la Santé et des Services sociaux, ajoutant qu'on comblerait ainsi les lacunes dans les services offerts.

Jeremy Bird ajoute qu’il s’agit donc d’un premier pas important vers des changements à long terme et durables .

Logement abordable et accessible

Suzette Montreuil, la directrice de la NWT Seniors' Society, pense que les améliorations pour rendre la vie plus facile aux aînés sont nombreuses, mais que trois sont primordiales.

La première, qu’elle considère comme un point majeur, concerne la question de l’accès au logement abordable et l’accessibilité a des logements en général.

« Avec les familles, la plupart du temps l’habitation n’est pas accessible. Si les aînés ont des problèmes de mobilité, c’est difficile pour eux de se déplacer dans la maison. Souvent, il y a des escaliers. »

— Une citation de  Suzette Montreuil, directrice de la NWT Seniors' Society

Suzette Montreuil regrette qu’il n’y ait pas suffisamment de logements accessibles dans les communautés.

Elle déplore également le niveau d’isolement qui touche cette frange de la population, notamment si aucune activité ne leur est proposée dans leur communauté.

Elle évoque aussi la faible somme d’argent que les aînés peuvent gagner, et les abus financiers dont ils sont souvent victimes.

Quand les aînés reçoivent leur pension, souvent, il y a des membres de la famille qui vont mettre de la pression pour en obtenir une partie ou une grande partie, explique Suzette Montreuil, ajoutant qu’il faudrait un soutien supplémentaire pour aider les aînés à faire face à cette situation.

Autre point à améliorer, selon elle : le manque de transport dans les communautés. Yellowknife est la seule ville dans les T.N.-O. qui a un système de transports publics.

Une consultation en deux étapes

La NWT Seniors' Society a fait part de ses propositions d’amélioration des services dans un document déjà soumis au gouvernement.

Je n’imagine pas qu’on va tout avoir, mais toutes sont faites de façon sérieuse avec une analyse portée sur l’expérience des aînés dans le territoire.[...] On espère avoir du progrès avec la nouvelle stratégie pour les aînés, affirme Suzette Montreuil.

Les personnes visées par la consultation ont jusqu’au 30 septembre pour remplir le sondage, soit en ligne (Nouvelle fenêtre), soit en personne avec l’aide des agents des services gouvernementaux locaux et des agences communautaires dans de nombreuses communautés, précise Jeremy Bird.

La deuxième étape consiste à mener des entretiens en face à face ou en virtuel, dont la première série a été menée en juin, et qui reprendront en septembre.

Les commentaires reçus serviront ensuite à créer une stratégie interministérielle.

Il ne s'agit pas d'un plan d'action ou d'une liste de nouveaux programmes et services, mais la stratégie peut donner lieu à l'élaboration de nouveaux programmes à l'échelle du territoire pour répondre aux priorités stratégiques, précise Jeremy Bird.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !