•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat sur l’Holocauste lors du procès d’un néonazi

Le procès du néonazi Gabriel Sohier Chaput, accusé d’avoir fomenté la haine, devait se clore aujourd’hui mais se poursuivra finalement dans quelques semaines afin de continuer le débat sur les liens entre le nazisme et l’Holocauste, à la demande du juge.

Un homme avec une casquette, des lunettes et un casque d'écoute.

Gabriel Sohier Chaput, aussi connu sous le pseudonyme « Zeiger », était un des auteurs les plus prolifiques du site The Daily Stormer.

Photo : Capture d'écran

Après quatre mois de pause, le procès du néonazi Gabriel Sohier Chaput, aussi connu sous le nom de Zeiger, a repris au palais de justice de Montréal.

Le procureur de la Couronne, Me Patrick Lafrenière, a affirmé dans sa plaidoirie que M. Sohier Chaput, accusé d’avoir fomenté la haine spécifiquement envers les Juifs, est le seul auteur de l’article déposé en preuve et qu’il fallait considérer celui-ci dans son contexte de publication.

Publié en janvier 2017 sur le site The Daily Stormer, le portail d’extrême droite le plus populaire au monde, ce texte traitait d’affiches antisémites placardées dans un abribus de la Colombie-Britannique.

Sur la page [du Daily Stormer], on voit Adolf Hitler, l’image d’une clé avec la croix gammée et un dessin d’un nazi souriant qui s’apprête à peser sur un bouton pour le gaz, a soutenu le procureur. Ce n’est pas banal : on fait référence à l’architecte de l'élimination des Juifs et aux chambres à gaz.

Il a aussi souligné le caractère intrinsèquement antisémite du texte. Quand on lit dans l’article : " Du nazisme partout sans arrêt ", il y a un aspect d’encouragement et d’incitation, poursuit-il. Le nazisme, pendant la Seconde Guerre mondiale, est probablement la plus grande démonstration de haine envers les Juifs. Ça va plus loin que des propos offensants et blessants.

Gabriel Sohier Chaput a comparu par visioconférence. Cheveux ramenés vers l’arrière, masque au visage, il semblait agacé, roulant parfois des yeux durant la plaidoirie du procureur, Me Lafrenière.

Un homme porte un bouclier dans une manifestation.

Gabriel Sohier Chaput a participé à la manifestation des suprémacistes blancs de Charlottesville, en Virginie, en août 2017.

Photo : Image tirée de YouTube

Aveuglement volontaire

Lors de son témoignage précédent, l’accusé avait affirmé que les nazis sont une création d’Hollywood, de la science-fiction. Ça n’a pas de base réelle, avait-il avancé. Je n’en ai jamais rencontré. C’est une fantaisie sombre.

Selon Me Lafrenière, cette affirmation n’est pas crédible. C’est impossible qu’un gars [éloquent], renseigné et intelligent comme l’accusé n’ait pas pensé que ses propos, s’ils tombent entre les mains de personnes racistes, ne vont pas augmenter la détestation des Juifs. Il s’est aveuglé volontairement à cet effet.

Le procureur a aussi tenté de contredire l’affirmation de Gabriel Sohier Chaput selon laquelle il s’agirait d’un texte satirique. L’avocate de l’accusé, Me Hélène Poussard, a plaidé le 4 mars dernier que la présence d’une image de la grenouille Pepe the Frog confirme le caractère humoristique de la publication.

Me Lafrenière a souligné que la grenouille en question avait des croix gammées dans les yeux sur la page du Daily Stormer et qu’elle est un des symboles empruntés par l’extrême droite. Pour une personne raisonnable, il n’y a rien dans le format qui laisse à penser que ce sont des jokes. Ça fait la promotion du nazisme.

Le juge Manlio Del Negro a néanmoins répondu que le procureur n’avait pas déposé de preuve qui pourrait démontrer qu'il s'agit bel et bien là de l'interprétation qu'en ferait un lecteur. Il n'y a aucun doute que les commentaires qui sont faits ici sont des opinions racistes, a-t-il dit. Mais vous savez qu’être raciste n’est pas un crime.

Le savoir historique appelé à la barre

Le juge a aussi demandé au procureur pourquoi il n’avait pas fait appel à un historien pour démontrer la nature haineuse du régime nazi. Est-ce à moi d’aller dans un livre d’histoire et d'en prendre connaissance? a-t-il demandé.

Me Lafrenière a plaidé qu’il est incontestable que les Juifs ont subi les persécutions des nazis. C’est de connaissance judiciaire. Vous n’avez pas besoin de professeur. Ils ont tué six millions de Juifs et les considéraient comme inférieurs et responsables des maux de l’Allemagne et de la société occidentale.

L’avocate de la défense a rétorqué que son collègue confondait l’Holocauste et les nazis. On joue avec les mots, a répondu Me Poussard. Selon le dictionnaire, le nazisme, c’est du national-socialisme. C’était une idéologie. Ça ne faisait pas partie du plan initial d’exterminer les Juifs. Et est-ce vraiment six millions de victimes? Je pense que si des gens sont morts dans des camps de concentration, c’était pour sauver de l’argent.

Je vous conseille d’arrêter : ce que vous dites n’est pas raisonnable, est intervenu le juge Del Negro avant de demander qu’un débat sur la question de la connaissance judiciaire ait lieu lors de la prochaine séance.

Nous ne tolérerons pas le fascisme

En marge du procès, une petite manifestation de quelques dizaines de personnes a eu lieu devant le palais de justice pour dénoncer Gabriel Sohier Chaput. Les tribunaux ne serviront pas la justice, alors nous voulons clairement exprimer que nous ne tolérerons pas le fascisme, a affirmé un protestataire qui ne souhaitait pas être identifié.

Même si Zeiger était un des auteurs les plus prolifiques du Daily Stormer avec des centaines de publications à son actif, un seul article a été déposé en preuve par la Couronne.

De 2016 à 2017, l’accusé écrivait alors de manière anonyme sur le site du Daily Stormer. Il a été démasqué en mai 2018 grâce au travail conjoint du journal The Gazette (Nouvelle fenêtre) et des militants de Montréal antifasciste (Nouvelle fenêtre). Un mandat d’arrêt a été lancé contre lui en novembre 2018 à la suite d'une plainte déposée par l’organisation juive B’nai Brith.

La peine maximale pour avoir fomenté la haine contre un groupe précis est de deux ans de prison.

Avec Erika Morris, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.