•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un partenaire d’affaires de la Caisse de dépôt accusé de fraude pyramidale

Le bas de laine des Québécois avait investi 150 M$ US dans Celsius Network, qui œuvre dans le domaine de la cryptomonnaie.

L'homme est assis devant un micro et porte un t-shirt arborant le logo de Celsius, ainsi que l'expression HODL.

Le PDG de Celsius, Alex Mashinsky, lors d'une diffusion sur YouTube, le 22 mai 2022.

Photo : Capture d'écran - YouTube / Celsius Network

Dans une poursuite déposée dans l'État de New York jeudi, un ancien partenaire d'affaires de Celsius Network accuse l'entreprise d'être un « stratagème frauduleux à la Ponzi » et d'avoir mis en danger les fonds de ses clients avec ses pratiques risquées.

Le requérant, Jason Stone, est le PDG de KeyFi, une entreprise d’investissement œuvrant dans le monde de la crypto. Dans la poursuite, il affirme que son entreprise a géré, entre les mois d’août 2020 et de mars 2021, l’équivalent de milliards de dollars pour le compte de Celsius. Pour ce faire, KeyFi a intégré les opérations de Celsius et a formé une filiale nommée Celsius KeyFi.

Celsius agit en quelque sorte comme une banque dans le monde de la crypto. Ses clients peuvent y déposer des cryptoactifs et obtenir un rendement sur leurs dépôts. Ils peuvent aussi emprunter des cryptoactifs ou de l’argent liquide en plaçant des cryptoactifs chez Celsius sous forme de garantie.

Même si des montants aussi importants étaient en cause, M. Stone allègue qu’aucune entente formelle n’avait été conclue entre Celsius et KeyFi, les deux entreprises s’étant plutôt entendues sur une poignée de main.

Dans la poursuite, M. Stone affirme avoir rapidement constaté de la désorganisation, de la mauvaise gestion et de la fraude chez Celsius et avoir jugé les pratiques commerciales de l'entreprise tellement corrompues qu'il l'a quittée en mars 2021. Il poursuit l’entreprise puisqu’il juge que Celsius ne lui a pas versé les profits qui lui étaient dus.

Il allègue avoir découvert que Celsius n’avait pas mis en place des contrôles de sécurité de base pour protéger les milliards de dollars de fonds que ses clients lui avaient confiés.

M. Stone ajoute que, selon lui, les pratiques de Celsius ont causé du tort aux centaines de milliers de personnes qui utilisent [la plateforme] et ont mené à la situation actuelle de l'entreprise.

Rappelons qu'à la suite d'un effondrement dans le marché de la crypto, Celsius a annoncé le 12 juin avoir suspendu les retraits sur sa plateforme. Depuis, l’entreprise se fait muette et ses clients n’ont plus accès aux cryptoactifs qu’ils lui ont confiés.

Un stratagème à la Ponzi allégué

Jason Stone affirme que le modèle d’affaires de Celsius consiste à utiliser les dépôts de ses nouveaux clients pour payer les rendements à ses dépositaires. Il allègue que Celsius a commencé à offrir des rendements de plus de 10 % sur les dépôts en février 2021, dans l’espoir d’attirer de nouveaux clients pour faire face à une crise de liquidité.

En conséquence, alors que Celsius continuait de se dépeindre comme une entreprise transparente et bien capitalisée, elle était en vérité devenue un stratagème frauduleux à la Ponzi, peut-on lire dans la poursuite.

Un stratagème à la Ponzi consiste à trouver de nouveaux investisseurs et à utiliser leurs fonds pour rémunérer les investisseurs qui ont embarqué plus tôt. Ce type de système pyramidal est considéré comme frauduleux.

Jason Stone soutient aussi que Celsius a utilisé les dépôts de ses clients pour manipuler la valeur du CEL, une cryptomonnaie créée par Celsius. L’entreprise encourage ses clients à utiliser le CEL en offrant des taux d’intérêt plus alléchants si ceux-ci acceptent que Celsius leur verse leurs profits en CEL.

Selon l’estimation de M. Stone, Celsius et ses gestionnaires ont peu d’expérience en commerce et en investissement de cryptoactifs, malgré les sommes colossales que lui ont confiées ses clients. Peu avant d'avoir mis les retraits sur pause, Celsius assurait gérer quelque 12 G$ US en cryptoactifs de ses clients.

M. Stone affirme que le manque d’expérience de la part de Celsius a fait en sorte que l’entreprise avait un trou d’entre 100 M$ US et 200 M$ US dans son bilan comptable au moment de son départ, en mars 2021.

En octobre 2021, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) annonçait avoir participé à une ronde de financement de 400 M$ US chez Celsius, en partenariat avec une firme d’investissement privée.

La Caisse n’a jamais publiquement dévoilé le montant qu’elle y a investi, mais une enquête de Radio-Canada révélait en fin mai que ce montant s’élevait à 150 M$ US.

Jointe par Radio-Canada, CDPQ n'a pas voulu commenter la poursuite contre Celsius, mais une porte-parole a assuré que la Caisse continue de suivre la situation de près.

Une représentante de Celsius n’a pas donné suite à nos questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !