•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Offre patronale rejetée chez Produits forestiers Petit Paris

Un bâtiment.

La scierie de Produits Forestiers Petit Paris est située à Saint-Ludger-de-Milot, au Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Les employés de Produits forestiers Petit Paris ont rejeté à 71 % l’offre patronale jeudi après-midi.

Les 110 employés de la coopérative forestière située à Saint-Ludger-de-Milot sont sans contrat de travail depuis le 1er mai dernier.

Ils réclament des hausses salariales de 10 % pour la première année et de 4 % par la suite parce que, disent-ils, leurs salaires doivent être similaires à ceux des employés des autres scieries de la région. Ils estiment que la scierie a les moyens d’offrir ces offres en raison des prix actuels du bois d'œuvre.

Des travailleurs assis dans une salle.

Les travailleurs de Produits forestiers Petit-Paris à Saint-Ludger-de-Milot demandent la nomination d'un conciliateur pour poursuivre les négociations avec la partie patronale.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

L’employeur proposait plutôt, dans son offre finale, une augmentation de 5 % la première année et de 3 % par la suite. Les syndiqués ont analysé cette offre pendant tout l’après-midi jeudi et ils l’ont finalement rejetée.

Il nous reste encore un travail à faire. Nous avons notre usine à coeur. On veut se rasseoir avec les patrons pour terminer la négociation. Puis on veut être écoutés pour dire que la main-d'œuvre, aujourd’hui, vaut quelque chose. C’est le message qui doit sortir aujourd’hui , mentionne le président du syndicat, Steve Pelletier.

Les dirigeants de Produits forestiers Petit Paris se disent déçus que leur offre ait été rejetée, mais il n’ont pas fait d’autres commentaires pour le moment.

Le syndicat va demander la nomination d’un conciliateur dans ce dossier. Il dispose toujours de quatre journées de grève à déclencher de façon aléatoire puisque ses membres ont voté pour cinq jours de grève en juin.

Une première grève éclair

La première de ces journées de grève s’est déroulée jeudi en marge des négociations avec l'employeur.

Elle a été déclenchée à 8 h et doit durer jusqu’à minuit.

Des syndiqués manifestent le long d'une rue.

Environ 25 syndiqués manifestent devant les bureaux administratifs de l'entreprise à Saint-Ludger-de-Milot.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Avec des informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...