•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêtés pour avoir blanchi plus de 18 millions de dollars en moins d’un an

Billets de banque canadiens.

Le blanchiment d'argent est un grave problème au Canada, selon Denis Meunier, auteur d'un rapport de l'Institut C.D. Howe sur le sujet.

Photo : Getty Images / Sam Wong

Trois individus du Grand Montréal ont été arrêtés mardi par la Gendarmerie royale du Canada pour avoir blanchi plus de 18 millions de dollars liés au trafic de drogue colombien.

Yan Trépanier, 49 ans, de Laval, Andrew Barera, 35 ans, de Montréal, et Michael-Joey D'Opéra, 27 ans, ont été mis en état d'arrestation le 5 juillet après une vaste enquête menée conjointement avec les autorités américaines.

Tout a débuté en mars 2020 suite à une information reçue de la Drug Enforcement Administration (DEA). Après le début de notre enquête, nous avons pu procéder à cinq perquisitions quelques mois plus tard, en juillet 2021, explique Tasha Adams, caporale à la Gendarmerie royale du Canada.

Les lieux visés sont les résidences privées des trois accusés, ainsi que deux autres endroits. L'un d'eux comprenait un appartement qui servait de cache à argent comptant. Nos policiers ont saisi plus de 46 000 $ dissimulés, ainsi que deux armes à feu, chargeurs à haute capacité, silencieux, téléphones intelligents et tablettes électroniques. Sans oublier des machines pour compter l'argent et des carnets de comptabilité, ajoute la haute gradée de la GRC.

« Notre enquête tend à démontrer que les principaux partenaires des accusés sont des organisations mafieuses situées en Colombie. »

— Une citation de  Tasha Adams, caporale à la GRC

Un crime pernicieux

Il est important de rappeler la gravité des conséquences du blanchiment d'argent pour la population canadienne. Trop souvent, on associe ce type de criminalité à un crime de cols blancs sans victimes. Mais c'est faux, tient à mentionner la caporale.

Le blanchiment d'argent a non seulement un impact dans l'économie du pays, mais ce stratagème illégal sert à financer des activités criminelles dans nos rues. On n'a qu'à penser aux organisations criminelles qui se servent des produits de la criminalité pour s'armer et causer un sentiment d'insécurité dans la population, ajoute la policière.

Cette déclaration n'est pas sans rappeler qu'au cours des 12 dernières heures, deux fusillades ont éclaté dans la grande région métropolitaine de Montréal, d'abord à Repentigny où, selon nos informations, un jeune de 16 ans a reçu une balle à l'abdomen et deux autres dans le dos au parc Langelier.

Puis à Montréal-Nord, où un autre adolescent a été atteint au mollet, selon nos sources policières, lors de coups de feu sur la rue Pascal.

Quant aux trois individus arrêtés par la GRC, ils comparaîtront le 15 juillet prochain au palais de justice de Montréal.

Ils feront face à des accusations de recyclage de produits de la criminalité, de complot pour importation et possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic et de possession d'armes et de dispositifs prohibés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.