•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix de l’essence et du diesel en N.-É. maintenant à moins de 2 $ le litre

Une voiture passe près d'une pancarte qui indique les prix de l'essence.

Les prix de l'essence et du diesel en Nouvelle-Écosse passent sous les 2 $ le litre pour la première fois depuis mai.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Martel

Radio-Canada

Le prix de l'essence et du diesel en Nouvelle-Écosse a été considérablement réduit. La Commission des services publics et de révision de la Nouvelle-Écosse a invoqué la clause d'interruption mercredi à minuit, à cause de ce qu'elle appelle des « variations de la valeur marchande ».

Les automobilistes à Halifax payaient un minimum de 2,034 $ le litre pour l'essence ordinaire mercredi.

Le nouveau prix minimum réglementé de l'essence à Halifax est maintenant de 1,929 $ le litre.

Le prix du diesel a également chuté d'un peu plus de 10 cents, passant de 2,047 $ le litre à Halifax à 1,945 $.

Au Cap-Breton, les automobilistes paient plus de 1,99 $ le litre pour du diesel.

Le prix à la pompe en juillet 2022.

Le prix du diesel est maintenant sous les 2 $ le litre en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Martel

Selon un communiqué de la Commission des services publics et d'examen, les prix de l'essence et du diesel sont basés sur le prix courant quotidien à la Bourse commerciale de New York converti en dollars canadiens.

La Loi sur la tarification des produits pétroliers et ses règlements d'application permettent à la Commission des services publics et de révision de la Nouvelle-Écosse d'utiliser la clause d'interruption pour répondre à des hausses ou des baisses importantes des prix des produits pétroliers.

La dernière fois que la province a invoqué cette clause pour le prix de l'essence, c'était le 21 juin, pour réduire les prix de 6 cents. Puis avant ça, la clause a été utilisée le 17 mai pour faire grimper les prix de 9,5 cents.

Les prix du gaz restent volatils dans le monde, alimentés par la guerre de la Russie en Ukraine et la pandémie.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !