•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voyages ponctués d’annulations et d’attentes « cauchemardesques »

Une foule fait la queue dans l'aéroport Pearson.

Un manque de personnel à l'aéroport international Pearson de Toronto a entraîné de longues files d'attente au printemps. Des voyageurs de retour à Charlottetown ces jours-ci témoignent de situations semblables (archives).

Photo : Reuters / Cole Burston

Radio-Canada

Des voyageurs de retour à l’Île-du-Prince-Édouard témoignent d’annulations de vol et de nombreuses périodes d’attente imprévues, et ils conseillent la patience à toute personne qui compte prendre l'avion cet été.

Sally Curtis est récemment rentrée d’un voyage en France avec sa fille adolescente, Nevaeh Murray. Elles ont beaucoup aimé leur séjour en France, mais durant leur retour, elles ont subi quatre annulations de vol ainsi que des attentes imprévues de 10 heures à Paris, de 6 heures à Toronto et de 8 heures à Montréal.

Les deux femmes dans leur maison.

Sally Curtis et Nevaeh Murray affirment qu’elles ont eu l’impression par moments qu’elles n’allaient jamais pouvoir rentrer à l’Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Mme Curtis estime qu’elles sont restées éveillées pendant plus de 40 heures durant leur trajet de Nice, en France, jusqu’à Charlottetown.

Selon elle, faire la queue devant les comptoirs des services à la clientèle et des services de sécurité prenait des heures. Les aéroports sont congestionnés et il y règne une grande confusion en raison des vols annulés ou retardés, explique-t-elle.

« J’ai vu un bébé dormir sur le plancher. Des personnes âgées dormaient sur le plancher. »

— Une citation de  Sally Curtis, voyageuse

Le plus difficile, selon Nevaeh Murray, était l’incertitude. Elle décrit la situation comme étant un cycle infini d’annulations et de réservations.

Soyez patients, conseillent des voyageurs

D’autres voyageurs à l’arrivée à Charlottetown témoignent de difficultés similaires. L’un d’eux, Mark Wilson, explique que son vol de Toronto à Charlottetown était simplement un peu en retard. Mais, la semaine dernière, dit-il, il a subi trois annulations de vols lors d’un voyage aux États-Unis.

Il conseille à tout voyageur dans cette situation de rester calme et patient. Vous ne pouvez rien faire de plus en ce moment, dit-il.

Une autre voyageuse, Tania Sternberg, conseille à toute personne en transit à l’aéroport de Toronto de prévoir environ quatre heures d’attente de l’enregistrement des bagages jusqu’à l'embarquement.

Mme Sternberg affirme que la situation à Toronto était un véritable cauchemar. Elle dit avoir vu une file d’attente concentrique aussi grande que l’aéroport.

Les deux femmes devant la tour Eiffel.

Sally Curtis et Nevaeh Murray ont beaucoup aimé leur séjour en France, mais elles se demandent s’il en valait la peine étant donné toutes les difficultés connues dans les aéroports.

Photo : Gracieuseté : Nevaeh Murray

Shannon Atkins, pour sa part, est arrivée à l'île environ 27 heures après son départ de Victoria, en Colombie-Britannique. Sa famille, dit-elle, a aussi des annulations, des retards et une nuit d’attente imprévue et horrifiante à Toronto.

Mme Atkins estime avoir reçu de 80 à 100 messages textes au sujet de changements de vol et de son plan de voyage après son départ de Victoria. Nous n’avons pas vraiment dormi.

Elle recommande aussi la patience et l’indulgence envers les employés et les autres voyageurs parce que, dit-elle, ils ne sont pas la cause des problèmes. Soyez patients et prêts à attendre, et sachez que vous finirez par arriver à votre destination.

D’après un reportage de Jessica Doria-Brown, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !