•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cargo détenu à Halifax à la suite de plaintes d’un équipage ukrainien

Le cargo dans le port d'Halifax près de l'île McNab.

Transports Canada a retenu un cargo dans le port d'Halifax à la suite de plaintes de membres d'équipage ukrainiens.

Photo : Radio-Canada / Mark Crosby

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral s'est impliqué dans un différend à bord d'un navire qui est passé par le port d'Halifax à la suite de plaintes de membres d'équipage ukrainiens qui soutiennent que la compagnie les empêche de rentrer chez eux.

Les membres d'équipage sont à bord depuis novembre, leur contrat devait durer six mois, mais il a été prolongé. Ensuite, on leur a demandé de prolonger leur contrat une fois de plus, mais ils ont refusé.

Il y a neuf membres d'équipage ukrainiens dont les contrats ont expiré.

« Ils ne sont jamais rentrés chez eux depuis la guerre. Ils veulent rentrer chez eux, contacter leurs familles et s'assurer que tout le monde est en sécurité »

— Une citation de  Karl Risser, inspecteur de la Fédération internationale des ouvriers du transport

Le MSC Manzanillo a quitté le Portugal à la fin juin et est arrivé à Halifax le 5 juillet, depuis il est retenu par Transports Canada.

Karl Risser croit que Transports Canada a fait ce qu'il fallait en retenant le navire à Halifax pour une inspection.

L'inspecteur de la Fédération internationale des ouvriers du transport explique que la prochaine escale du navire est à New York, et à son avis ça pourrait compliquer les choses pour les membres d'équipage ukrainiens qui veulent rentrer chez eux.

Le Canada est signataire de la Convention du travail maritime, mais pas les États-Unis. Le droit de rentrer chez soi à la fin d’un contrat fait partie de cette convention.

Un portrait de Karl Risser avec le cargo en arrière-plan

Karl Risser est l'inspecteur de l'ITF en Atlantique. Il traite les plaintes des membres d'équipage ukrainiens à bord de ce navire depuis plusieurs mois.

Photo : Radio-Canada / Mark Crosby

Nous ne savons pas si les droits des marins seraient respectés aux États-Unis, et il pourrait y avoir des problèmes de visa avec ces gars-là qui ne seraient pas un problème ici au Canada, dit Karl Risser.

Dans une déclaration par courriel, Transports Canada confirme avoir brièvement détenu le MSC Manzanillo.

Pour vérifier le contrat d'emploi des marins des membres de l'équipage, les inspecteurs de Transports Canada ont émis un avis d'insuffisance en vertu de la Convention du travail maritime, indique le communiqué.

Le navire a dû rester à quai au port d'Halifax en attendant la vérification de tous les éléments à la satisfaction de Transports Canada.

Une fois cette vérification terminée, le communiqué indique que la détention a été levée le 6 juillet. Aucun autre détail n'a été fourni.

Selon l'Administration de pilotage de l'Atlantique, le MSC Manzanillo devait quitter Halifax à 18 h, mercredi.

L'employeur, Mediterranean Shipping Company, n'a pas répondu à une demande d'entrevue.

Mais Karl Risser espère que la compagnie a un plan pour renvoyer les neuf marins ukrainiens chez eux.

Ces gars sont de vrais héros qui maintiennent notre chaîne d'approvisionnement et nous devons respecter leurs droits en tant que marins, dit-il. Ils doivent être rapatriés chez eux à la fin de leur contrat.

Avec les informations de Preston Mulligan de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !