•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève éclair pour les travailleurs de Produits forestiers Petit Paris

Des syndiqués manifestent le long d'une rue.

Environ 25 syndiqués manifestent devant les bureaux administratifs de l'entreprise à Saint-Ludger-de-Milot.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Les travailleurs de Produits forestiers Petit Paris à Saint-Ludger-de-Milot, dans le nord du Lac-Saint-Jean, ont déclenché une grève de 24 heures cette nuit.

Le débrayage devait commencer à 8 h devant l'usine et au bureau de la coopération dans le village. Les moyens de pression, qui touchent une centaine de travailleurs, doivent durer jusqu'à minuit jeudi soir.

Plus tôt en juin, les syndiqués ont voté pour cinq jours de grève au total. Il s'agit d'un premier de cette série.

La pancarte indiquant les installations de Produits forestiers Petit Paris.

L'entreprise Produits forestiers Petit Paris est située à Saint-Ludger-de-Milot.

Photo : Radio-Canada

Cette grève a lieu en marge des négociations en cours avec l'employeur. Une offre patronale finale a été déposée la semaine dernière. Les travailleurs doivent se prononcer sur celle-ci jeudi après-midi, mais déjà, la présidente régionale de la CSN, Manon Tremblay, doute qu'elle soit acceptée en raison des attentes salariales.

Les travailleurs veulent le rattrapage salarial, mentionne-t-elle. Ils ont fait de gros efforts dans le passé avec le gel de salaire et le temps partagé pour pouvoir sauver l’usine, parce qu’il y avait des difficultés financières. On sait très bien qu’avec tout ce qui se passe aujourd’hui, [la hausse du] coût d’acquisition du bois, l’entreprise fait des millions, alors on veut le rattrapage salarial.

Les syndiqués réclament aussi moins de recours à la sous-traitance à la scierie Produits forestiers Petit Paris.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !