•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que faire en cas de découverte d’artéfacts autochtones?

Une pierre façonnée en forme d'outil tranchant.

Un artéfact découvert sur une plage à Dalhousie au Nouveau-Brunswick par une résidente de Charlo. L'objet n'a pas été authentifié, mais un expert estime qu'il aurait pu être façonné il y a 2500 ans.

Photo : Gracieuseté : Pauline Carrier

Radio-Canada

Tout artéfact autochtone découvert au Nouveau-Brunswick est la propriété de la Couronne et doit être donné à la collection archéologique provinciale, en vertu de la Loi sur la conservation du patrimoine (Nouvelle fenêtre).

Les objets sont ainsi détenus en fiducie pour les communautés autochtones, précise Anne Hamilton, du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. Les communautés en sont informées et, par la suite, l’objet est restitué.

Les gens qui trouvent un artéfact, par exemple une pointe de flèche, devraient communiquer avec le ministère. Ce dernier enverra quelqu’un pour étudier les lieux, indique Mme Hamilton.

Le plus important, souligne-t-elle, est de ne pas faire de fouilles soi-même afin d’écarter tout risque d’endommager ou de détruire des artéfacts. Les archéologues, pour leur part, emploient des méthodes précises et documentent soigneusement toute découverte.

Une découverte archéologique à Dalhousie

Yolande Gendron, résidente de Charlo, a découvert une pierre façonnée qui se trouvait dans le sable de la plage Inch Arran, à Dalhousie. Elle se demande s’il s’agit d’une pointe de lance ou de flèche.

L'objet a peut-être été façonné dans le but de servir de couteau, de pointe de lance ou de flèche, et il s'est vraisemblablement brisé durant le processus de fabrication, selon Austin Paul, un expert de la communauté autochtone de Kingsclear qui a travaillé comme technicien en archéologie chez plusieurs entreprises de la province.

Comme bien des gens qui ont fait des découvertes semblables, Mme Gendron a gardé l’objet. Elle espère qu’il soit authentifié. Elle dit avoir l’intention de communiquer avec le ministère.

Il n’est pas inhabituel de trouver d'anciens outils façonnés par les Mi’kmaq ou les Wolastoqey, explique M. Paul. Dans les communautés autochtones, ajoute-t-il, certaines personnes estiment que les artéfacts devraient être laissés où ils se trouvent alors que d’autres souhaitent qu’ils soient plutôt étudiés et conservés.

Une pierre façonnée qui serait d’origine néo-écossaise

L’anthropologue David Black, de l’Université du Nouveau-Brunswick, croit que la pierre taillée découverte par Mme Gendron provient à l’origine du bassin des Mines ou de la région de North Mountain, en Nouvelle-Écosse, parce qu’elle correspond à aux roches volcaniques jaunes qui s’y trouvent. Ces pierres faisaient autrefois l’objet d’un commerce dans les Maritimes et ailleurs, souligne-t-il.

David Black estime qu’il a pu être façonné il y a de 400 à 2500 ans, soit avant l’arrivée des premiers Européens dans la région. Mais il précise que ce n’est qu’une grossière estimation puisqu’il n’a pas eu l’occasion d’examiner lui-même l’objet.

D’après un reportage de Nishat Chowdhury, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !