•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique investit pour stopper la culture d’abus sexuels dans les sports

Des enfants qui jouent au soccer.

La Colombie-Britannique investit 500 000 $ pour protéger les jeunes des abus sexuels dans le monde du sport.

Photo : iStock

Radio-Canada

Alors que le pays est secoué par une crise du monde sportif où les allégations d’abus sexuels et d’agressions s’accumulent, la Colombie-Britannique ajoute un demi-million de dollars à son programme de sport sécuritaire pour enrayer cette culture toxique.

Les abus sexuels dans le sport, ou n’importe où ailleurs, sont complètement inacceptable, et c’est la responsabilité de tous de faire en sorte qu’ils ne se produisent pas, dit la ministre du Tourisme et des Sports, Melanie Mark, dans un communiqué.

Ce financement vient s’ajouter aux investissements initiaux de 250 000 $ pour l'année 2019-2020, selon le ministère.

C’est un problème collectif qui requiert une solution collective, affirme de son côté la ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge.

« Nous devons continuer de travailler ensemble afin que nos athlètes puissent évoluer dans un environnement sportif qui est exempt d’abus sexuels, de harcèlement, de discrimination et de maltraitance. »

— Une citation de  Pascale St-Onge, ministre fédérale des Sports

Depuis qu’elle a pris les rênes du ministère en octobre, Pascale St-Onge assure avoir reçu une telle vague de plaintes concernant des cas de maltraitance et d’abus sexuels qu’elle qualifie la situation de crise.

Afin d’éviter les abus sexuels, toutes les organisations sportives financées par le gouvernement en Colombie-Britannique doivent, depuis l’année dernière, adopter un code de conduite universel et fournir des mécanismes de signalement des plaintes sur leur site web.

Le programme de sport sécuritaire offrira des ressources et des outils afin que les participants puissent mieux appliquer le code de conduite universel imposé dans le sport amateur à travers la Colombie-Britannique.

Près de 1000 leaders sportifs et membres de conseils d’administration des organisations sportives amateurs se sont également soumis à une formation offerte par le Centre canadien de protection de l'enfance qui vise à protéger les jeunes des abus sexuels, selon le gouvernement.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !