•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

APN : les dossiers qui préoccupent les chefs autochtones de la Colombie-Britannique

RoseAnne Archibald parle à la tribune lors de l'assemblée générale de l'Assemblée des Premières Nations du Canada.

La cheffe de l'Assemblée des Premières Nations du Canada, RoseAnne Archibald, prend la parole lors de l'assemblée générale de l'organisation, après l'abandon d'une motion visant à lui faire perdre son poste.

Photo : Radio-Canada / Guy Bois

Alors que les chefs des Premières Nations de partout au pays sont rassemblés à Vancouver pour leur assemblée générale annuelle, certains dossiers importants des nations autochtones de la Colombie-Britannique sont à l’ordre du jour de cette grande réunion qui se poursuit jusqu’au 7 juillet.

La visite du pape du 24 au 29 juillet, par exemple, demandera son lot d’organisation de la part des Premières Nations, souligne le chef régional de la Colombie-Britannique à l’Assemblée des Premières Nations (APN), Terry Teegee.

En plus d’une délégation de l’APN, plusieurs communautés souhaiteront se rendre à Edmonton pour entendre les excuses du pape, puisque le souverain pontife ne pourra pas se rendre en Colombie-Britannique.

Ottawa a promis de financer le voyage des survivants jusqu’au lieu où le pape fera son apparition, mais le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, s’inquiétait mardi de l’organisation, qu’il souhaite impeccable.

On parle de personnes qui sont dans un âge assez avancé. Ce sont des déplacements en plein été surtout avec ce qu’on voit dans les aéroports, ça m’inquiète immensément, expliquait-il au micro de Phare Ouest.

Il sera aussi question de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et de son application au pays. Après avoir été la première province canadienne à instaurer cette déclaration en 2019, la Colombie-Britannique a adopté son plan d’action à la fin du mois de mars.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique [...] s’est doté de 89 priorités et de cinq ans pour atteindre ses objectifs. Certains dossiers ont d’ailleurs déjà avancé, explique Terry Teegee, en référence à l’entente historique conclue entre la province et la nation Tahltan au début du mois de juin.

Mais ce qui a occupé une grande partie des négociations de la journée, ce sont toutefois les résolutions entourant le leadership de la cheffe de l’APN, RoseAnne Archibald, toujours en attente d’un mandat clair, même si la résolution visant à prolonger sa suspension a été rejetée à majorité.

L'adoption d’une dernière résolution, qui vise notamment à ce que la cheffe de l’APN entame un processus de réconciliation avec le comité exécutif, a été reportée à mercredi.

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est la principale organisation politique autochtone au Canada. Elle représente environ 900 000 citoyens des Premières Nations. L’APN défend les intérêts des Premières Nations dans le cadre d’enjeux tels que les traités, les droits des Autochtones ainsi que les terres et les ressources. L’organisation a vu le jour en 1982 dans le but de donner aux chefs l’occasion de faire valoir les voix des Premières Nations du pays au sein d'une assemblée délibérante.

Source : Encyclopédie canadienne

Certains ont mentionné qu’il fallait continuer à travailler sur les autres priorités de l’Assemblée et que nous ne devrions pas être déviés par des querelles internes, souligne le grand chef Stewart Phillip, président de l'Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique.

Le grand chef se dit soulagé que RoseAnne Archibald demeure à la tête de l’Assemblée des Premières Nations, mais déplore d’un même souffle une organisation qu’il qualifie de paternaliste envers les femmes autochtones qui souhaitent prendre des postes de pouvoir.

La cheffe Archibald accuse elle aussi l’organisme de corruption, de faire preuve de colonialisme et de misogynie.

Avec des informations de Dominique Lévesque, Wildinette Paul, Chloé Dioré de Périgny et de l'émission Phare Ouest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !