•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de traitement des dépendances Bruce Oake célèbre son premier anniversaire

Plusieurs personnes ont assisté le 6 juillet 2022 à une activité pour célébrer le premier anniversaire du centre de traitement des dépendances Bruce Oake à Winnipeg.

Le centre de traitement des dépendances Bruce Oake, à Winnipeg, a aidé 92 hommes à vaincre leurs dépendances dans la dernière année.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Radio-Canada

Le centre de traitement des dépendances Bruce Oake, dans le quartier St. James à Winnipeg, fête son premier anniversaire.

Critiqué lors de sa construction, le centre bat maintenant son plein alors que l'offre pour ce genre de services dans la capitale manitobaine est très limitée.

Le centre, qui compte cinquante lits, ne dérougit pas depuis un an, confirme le directeur général Greg Kyllo

On est plein. On a eu jusqu'à 276 personnes sur notre liste d'attente. C'est certain qu'il y a un besoin continu pour ce type de soutien à Winnipeg, souligne-t-il

Le centre accueille des hommes et des personnes non binaires qui souffrent de tout type de dépendance. Le centre offre aussi des lieux pour respecter la spiritualité autochtone.

L'organisme à but non lucratif reçoit une grande partie de son financement de la part de dons.

Le service est gratuit pour les patients. Tous sont acceptés, qu'ils aient une assurance ou non. Or pour le centre, il en coûte 220 $ par jour par patient.

Le centre porte le nom de Bruce Oake, mort d’une surdose d'héroïne en 2011. Ses parents travaillent depuis 10 ans pour la création de cet établissement.

Aujourd'hui veuf, son père, Scott Oake, présentateur sportif vedette de CBC et Sportsnet, est ravi du travail accompli par l'organisme.

Bruce n'était qu'un jeune homme comme les autres, mais la dépendance a eu raison de lui, souligne-t-il

On ne veut pas voir la même chose arriver à de nombreux autres jeunes hommes qui ont maintenant un endroit à Winnipeg pour reprendre leur vie en main, poursuit Scott Oake.

Pour les médecins œuvrant auprès des personnes qui souffrent de dépendance, le centre de traitement des dépendances Bruce Oake offre des services essentiels et complémentaires à leur travail médical.

Ça peut amener beaucoup de soutien pour les personnes atteints de dépendances. Et des programmes comme le Bruce Oake sont forts dans ce domaine-là, confirme la médecin en toxicomanie, la Dre Ginette Poulin.

Au centre de traitement des dépendances Bruce Oake, il n'y a pas de durée maximale pour les traitements, seul le résultat compte, précise M. Kyllo.

À ce jour, 92 hommes ont réussi à se sortir de leur dépendance, mais ils continuent à recevoir du soutien, affirme Scott Oake.

Mieux accepté par la communauté

À l'annonce de la construction du centre en 2020, des citoyens ont manifesté de l'opposition au projet. Ils regrettaient la disparition de leur aréna et craignaient pour la sécurité.

Aujourd'hui, les responsables du centre assurent ne plus recevoir de plaintes. D'ailleurs, les patients travaillent auprès de la communauté.

On est actif dans la communauté. Pour pelleter de la neige. C'était une bonne année pour avoir 50 pelleteurs de neige. On aide les gens pour leur allée de garage, pour le nettoyage de printemps, explique Greg Kyllo.

D'ailleurs, le centre de traitement des dépendances Bruce Oake est accessible à la communauté. Les résidents du quartier peuvent profiter gratuitement du gymnase et des douches de l'établissement.

Avec les informations de Julien Sahuquillo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !