•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique délie les cordons de sa bourse pour la francophonie

Le drapeau franco-colombien et des logos francophones.

Le montant permettra de financer divers services offerts aux francophones de la province.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Le gouvernement de John Horgan octroie un total de 250 000 $ à six organisations différentes qui contribueront au rayonnement de la francophonie.

L’argent permettra, entre autres, de créer du matériel éducatif en français, de contribuer aux arts et à la culture, de renforcer le développement économique et le tourisme, de promouvoir le recrutement d’éducatrices à la petite enfance et d'offrir du soutien aux femmes francophones qui sont en processus de séparation ou de divorce.

La Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique reçoit la plus grande part de l’enveloppe, soit 78 600 $. La directrice générale de l’organisation, Marie-Andrée Asselin, estime que cette aide sera précieuse pour poursuivre la stratégie de développement des garderies francophones abordables en Colombie-Britannique.

L’enjeu majeur au niveau des garderies francophones de la province, c’est le recrutement et la rétention du personnel en garderie, explique-t-elle.

« Les garderies francophones et tout le secteur de la petite enfance sont cruciaux pour le développement et la pérennité de la communauté francophone. C’est-à-dire que, si on n’arrive pas comme communauté à transmettre notre langue et notre culture à nos enfants, on manque vraiment le bateau. »

— Une citation de  Marie-Andrée Asselin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique

Bien que la pénurie de personnel de garderie soit généralisée dans tous les réseaux du pays, elle précise que la situation est particulièrement grave pour les francophones de la Colombie-Britannique. La pénurie de personnel nous frappe de façon plus grande du fait que le bassin francophone est beaucoup plus petit à l’extérieur du Québec, explique-t-elle. Il y a présentement des garderies francophones qui n’arrivent pas à ouvrir ou encore qui n’ouvrent pas à pleine capacité par manque de personnel.

Concrètement, l’argent servira à financer les campagnes de promotion et de valorisation des carrières dans le milieu de la petite enfance.

Les fonds distribués par le gouvernement font partie d’un engagement de la province de 1,25 million de dollars sur 5 ans, annoncé en 2018. Ces quatre dernières années, 1 million de dollars ont été distribués pour promouvoir la francophonie.

L'annonce de cette enveloppe survient plus de quatre mois après le dévoilement du budget provincial, qui avait été critiqué pour l'absence de financement pour la communauté francophone. Plusieurs acteurs francophones avaient lancé un appel à l'établissement d'une politique linguistique pour forcer la province à financer la francophonie régulièrement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !