•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Deux employés s'affairent derrière des contenants remplis de fioles de vaccin vides dans une pharmacie torontoise.

Le Dr Kieran Moore estime que 6,6 millions d'Ontariens n'ont pas encore reçu les vaccins de rappel auxquels ils sont admissibles.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario confirme que la province vit depuis deux ou trois semaines une nouvelle vague de COVID-19 causée par le sous-variant BA.5 d’Omicron.

Oui, malheureusement, nous sommes dans une autre vague, a déclaré mercredi le Dr Kieran Moore.

Il a toutefois tenté de se faire rassurant.

Je veux mettre ça en perspective, a-t-il ajouté. En janvier et février, nous avons connu une vague très importante de BA.1, en mars et avril, une plus petite vague de BA.2, et maintenant, nous avons le BA.5, qui, croyons-nous, sera une vague moins importante.

Il s'attend à ce que le BA.5 soit la souche dominante pour encore quatre à cinq semaines, puis qu'il s'estompe. Les deux tiers des cas sont présentement attribuables à cette souche.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef Ontario, en conférence de presse à Queen's Park.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef Ontario

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Plusieurs indicateurs, comme l’analyse des eaux usées et le taux de positivité, ont confirmé l’hypothèse d’une nouvelle vague.

Répercussions dans les hôpitaux

Dans une série de messages sur Twitter, le groupe d’experts qui conseille le gouvernement ontarien sur l’évolution de la COVID-19 a affirmé que la hausse des hospitalisations devrait être moindre que lors des vagues précédentes. Il a toutefois rappelé que les hôpitaux manquent déjà de ressources.

Les hospitalisations augmentent pour la première fois depuis mai et sont plus élevées que l’été dernier, selon le Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

Le Dr Moore presse les Ontariens qui sont admissibles et n'ont pas encore reçu une première ou une deuxième dose de rappel de le faire incessamment, pour se protéger, mais aussi pour protéger le système de santé.

La santé publique et le gouvernement envisagent la possibilité d'offrir une quatrième dose à plus d'Ontariens, mais la priorité, insiste le médecin hygiéniste, demeure d'immuniser ceux qui risquent d'être hospitalisés ou d'avoir des complications.

Le groupe d'experts rappelle que le fait d’avoir été infecté récemment ne procure pas une bonne immunité.

Il recommande d’appliquer les mesures de protection habituelles : s’assurer d’avoir toutes les doses recommandées selon le groupe d’âge et l’état de santé, préférer les rassemblements à l’extérieur, porter un masque à l’intérieur s’il y a beaucoup de gens et ouvrir les fenêtres.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !