•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvellement arrivé, Otto Porter fils entrevoit un bel avenir pour les Raptors

Otto Porter fils célèbre la victoire des Warriors de Golden State avec Klay Thompson.

Otto Porter fils a remporté le plus récent championnat de la NBA avec les Warriors de Golden State.

Photo : Associated Press / Jeff Chiu

À peine trois semaines après avoir remporté le championnat de la NBA avec les Warriors de Golden State, Otto Porter fils a enfilé un nouveau maillot, mercredi, celui des Raptors de Toronto avec lesquels il s'est entendu sur un contrat de plusieurs saisons.

La nouvelle prise des Raptors – la seule de l'organisation sur le marché des joueurs autonomes cet été – a rencontré la presse torontoise alors que son entente a été officialisée. Il a admis qu'il a trouvé difficile de quitter l'équipe championne du circuit Silver, mais que les Raptors les lui rappellent aussi en un sens.

Je pense que cette équipe [Toronto] est capable de se rendre très loin dans les séries éliminatoires. C'est une équipe qui est assurément prête à retourner en finale de la NBA, a-t-il dit.

Porter, qui est âgé de 29 ans, avait signé un contrat d'un an avec les Warriors pour le salaire minimum autorisé par la NBA l'été dernier et il a rendu de fiers services à l'organisation de la baie de San Francisco en route vers son quatrième titre depuis 2015. Il considère son expérience comme un atout pour Toronto qui a entrepris un virage jeunesse.

Je rejoins les rangs d'une équipe qui a des vétérans et un mélange de jeunes joueurs. J'ai vu comment rassembler ce genre d'équipe. Je pense avoir compris à Golden State ce que je peux amener à une équipe, surtout une qui a de jeunes joueurs comme ça, a-t-il expliqué.

Il faut des vétérans dans cette ligue pour relayer leurs connaissances, des joueurs qui ont vu neiger pour soutenir l'équipe quand c'est plus difficile, a-t-il ajouté.

Porter ne se voit pas uniquement comme un mentor pour Scottie Barnes, par exemple, la recrue par excellence de la dernière saison dans la NBA. Du haut de ses 6 pieds 8 pouces (2,03 m), il croit pouvoir bien cadrer dans la philosophie de jeu des Raptors où les joueurs sont appelés à jouer à plusieurs positions.

Adroit au tir – il a un taux de réussite de 40 % depuis la ligne de trois points en carrière –, l'Américain croit aussi pouvoir aider l'équipe torontoise qui a éprouvé des difficultés à ce chapitre l'an dernier.

[Les tirs à trois points], c'est la clé dans la NBA d'aujourd'hui pour créer de l'espace sur le terrain pour nos coéquipiers. J'ai pu le faire à Golden State, soit aider à créer de l'espace, aider mes coéquipiers à pénétrer dans la raquette, et j'espère pouvoir apporter cela ici. Pascal [Siakam] pourrait avoir plus d'espace. Scottie [Barnes] aussi, a-t-il expliqué.

Porter connaît bien la ville de Toronto et ses environs. Sa femme est originaire de la métropole. Il a aussi joué fréquemment contre les Raptors alors qu'il s'alignait avec les Wizards de Washington de 2013 à 2019. J'adore la ville, a-t-il souligné.

Le principal intéressé a aussi joué avec le vétéran Thaddeus Young avec les Bulls de Chicago lors de la saison 2019-2020. Il a hâte de faire équipe avec lui pour encadrer les jeunes talents des Raptors.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !