•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois nouveaux feux en 24 heures aux T.N.-O.

Un feu de forêt aux abords de l'autoroute reliant Inuvik à Tuktoyaktuk, le 8 juin.

Cette saison, 86 incendies ont été signalés et 97 031 hectares ont brûlé dans les T.N.-O.

Photo : Ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles des T.N.-O.

Radio-Canada

Alors que la sécheresse et la chaleur se poursuivent aux Territoires du Nord-Ouest, la surface de forêt qui brûle continue d'augmenter, mais aucune communauté n'est en danger pour l'instant, selon les autorités.

Mardi soir, un incendie de forêt était en cours à environ 10 kilomètres au nord de l'aéroport de Yellowknife. Il a été découvert mardi matin à environ 500 mètres à l'ouest du lac Vee et à moins de 400 mètres de la route du lac.

Le feu s'étend sur moins de 1 hectare, et des équipes tentent de le circonscrire, comme l'explique Mike Westwick, l'agent de communication des services de lutte contre les incendies.

Il ajoute qu'une enquête est en cours pour connaître l'origine de l'incendie et qu'aucune communauté n'est à risque à l'heure actuelle. Des cabanes, le chemin de randonnée Ranney et la rampe de mise à l'eau du lac Vee se trouvent à proximité.

Plus de 50 feux actifs

L'incendie fait partie des 54 feux actifs signalés aux Territoires du Nord-Ouest, en date du 6 juillet. Trois se sont déclenchés entre mardi et mercredi matin.

Le deuxième de ces feux a démarré à environ 44 kilomètres de Dettah, et le troisième, à moins de 1 kilomètre de Norman Wells. Ce dernier aurait pu être causé par l'abandon d'un feu de camp sur une plage, selon le ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles.

Cet incendie d'origine humaine, qui se trouve près d'habitations et d'autres biens auxquels les gens tiennent, a été éteint. Il y a 19 feux actifs dans la région du Slave Sud, 14, dans le Slave Nord, 12, dans le Sahtu, 6, dans le Dehcho, et 3, dans le delta du Beaufort.

La plupart des communautés du territoire sont considérées comme présentant un risque élevé ou extrême de feux entre mercredi et vendredi. Il est actuellement interdit d'allumer un feu à ciel ouvert dans la ville de Yellowknife et sa région.

Un feu sur une plage au soleil couchant, avec une chaise de camping installée non loin.

Les feux extérieurs ne sont pas autorisés à Yellowknife en raison du temps sec et des risques élevés d'incendies.

Photo : Andrew Pacey / CBC

La zone est aussi actuellement visée par un bulletin spécial en ce qui concerne la qualité de l'air à cause de la fumée émanant des feux.

Selon le ministère de l'Environnement, les communautés du Dehcho peuvent également s'attendre à de plus hauts niveaux de fumée et de cendre, particulièrement à Wrigley. Les communautés Tłı̨chǫ et Délı̨nę sont aussi concernés.

Jusqu'à présent, 86 incendies ont été signalés, et 97 031 hectares ont été brûlés à travers le territoire. Le Ministère précise que tous les feux actifs sont sous surveillance pour protéger les communautés, les cabanes et d'autres infrastructures. Les habitants sont appelés à éviter de faire des feux sauf si cela est absolument nécessaire pour préparer à manger ou rester au chaud .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !