•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de Résolu à Domtar : les emplois à Gatineau seront maintenus, promet l’acquéreur

Un écriteau annonce l'usine.

La papetière Produits forestiers Résolu, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Christian Millette

Radio-Canada

Onde de choc en Outaouais, alors que l’usine de papier journal de Résolu, à Gatineau, passera vraisemblablement aux mains de Domtar, filiale du Groupe Papier Excellence, dans les prochains mois. Plus de 130 personnes travaillent pour l’entreprise dans la région.

Produits forestiers Résolu passerait donc du statut de compagnie publique à celui d'entreprise privée, sous réserve d’un vote des actionnaires à tenir dans les prochains mois. La transaction est évaluée à 2,7 milliards de dollars américains. C’est une nouvelle page de l’histoire déjà riche de Résolu, qui a fêté son 200e anniversaire, en 2020, a déclaré Louis Bouchard, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales pour le Canada chez Produits forestiers Résolu.

Cela représente de la croissance pour Produits forestiers Résolu, qui va être en mesure d’accélérer son programme de transformation, d’accélérer les investissements dans les projets stratégiques qui ont déjà été choisis ou qui sont à définir, poursuit M. Bouchard.

Selon lui, la filière du papier journal est en perte de vitesse.

Bon an, mal an, on assiste à une décroissance de 12 à 15 %. Cette décroissance s’est fortement accélérée avec la crise de la COVID-19 qui a frappé l’ensemble du globe, explique Louis Bouchard.

Louis Bouchard.

Louis Bouchard, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales pour le Canada chez Produits forestiers Résolu (archives)

Photo : Produits forestiers Résolu

C’est dans ce contexte que le nouvel acquéreur de Résolu souhaite enclencher une étude de faisabilité rapidement quant à la conversion de l’usine afin que celle-ci produise plutôt du papier d’emballage.

Nous allons continuer à fonctionner sous la bannière Résolu, et le groupe Papier Excellence appuie totalement le plan stratégique de la direction actuelle. Autre que l’attrition naturelle, provoquée par des départs à la retraite ou des départs volontaires, il n’y a pas de réduction de force de travail à prévoir, assure M. Bouchard.

Groupe Papier Excellence souhaite s'implanter dans l'est du Canada

Groupe Papier Excellence souhaite diversifier ses activités en faisant l'acquisition de Résolu, notamment dans le bois d'œuvre.

On croit que la demande à moyen et à long terme va être très forte. Présentement, en Amérique du Nord, il y a un déficit de 4,5 millions de résidences. On peut voir une demande très forte, soutenue, pour la prochaine décennie, a expliqué Patrick Loulou, vice-président du conseil et chef de la stratégie pour Groupe Papier Excellence.

« On aime beaucoup l'approche que les gouvernements ont prise dans la gestion des forêts dans l'est du Canada, surtout si on compare avec ce qui est en train de se passer en Colombie-Britannique où il y a de graves problèmes d'approvisionnement, où il y a eu de grandes réductions dans les droits de coupe pour les scieurs de la côte ouest. »

— Une citation de  Patrick Loulou, vice-président du conseil et chef de la stratégie, Groupe Papier Excellence

Groupe Papier Excellence a aussi été séduit par la qualité de l'équipe en place chez Résolu. Patrick Loulou croit que les deux cultures d'entreprises sont complémentaires.

La haute direction est dynamique, connaissante, a l'expérience dans le domaine que nous ne possédons pas. On croit qu'il y a un jumelage de cultures très bon, poursuit M. Loulou.

Un homme parle à la caméra

Patrick Loulou, vice-président du conseil et chef de la stratégie pour le Groupe Papier Excellence, entrevoit de la croissance pour l'usine Résolu de Gatineau

Photo : Radio-Canada

L'étude de faisabilité concernant la conversion de l'usine de Gatineau pour y fabriquer du papier d'emballage prendra selon lui entre 18 et 24 mois. Le processus complet de transformation devrait prendre au total de 4 à 5 ans.

Oui, il y a des aléas économiques présentement, mais vous savez, c'est le genre de décision qu'on prend pour les 40 prochaines années, a ajouté M. Loulou.

Cette transaction survient en pleine crise de pénurie de main-d’œuvre, qui n’épargne pas Produits forestiers Résolu.

« On a plus d’une centaine de postes, voire près de 200, qui sont ouverts et qu’on souhaiterait combler le plus rapidement possible. »

— Une citation de  Louis Bouchard, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales pour le Canada chez Produits forestiers Résolu

Produits forestiers Résolu compte aussi des usines à Amos et à Baie-Comeau. Le processus de transaction devrait prendre de huit à neuf mois, selon M. Bouchard.

Le syndicat « prend acte »

Daniel Cloutier, qui est le directeur québécois d'Unifor, le syndicat représentant les employés de l’usine de Gatineau, n’hésite pas à parler d’une transaction majeure, mais réserve ses commentaires en attendant de connaître les détails de la transaction. On va proposer une rencontre à Domtar dans un très proche avenir pour comprendre un peu mieux le plan qu’elle met de l’avant. Pour l’instant, ce qu’on souhaite, c’est le maintien des emplois, explique M. Cloutier.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte identifiait Daniel Cloutier comme étant le président du syndicat des employés de l'usine de Papiers forestiers Résolu de Gatineau. Or, M. Cloutier occupe, en fait, le poste de directeur québécois du syndicat Unifor. Le président syndical de la section locale 142 d'Unifor à l’usine Papiers forestiers Résolu de Gatineau se nomme Rémi Landry.

La façade de l'immeuble en briques rouges.

Papiers forestiers Résolu, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Christian Millette

Le syndicat se dit ainsi favorable à une transformation de l’usine, tant que cela a pour effet de consolider des emplois. Il se questionne cependant sur le sort qui attend les usines d’Amos et de Baie-Comeau. C’est un des points d’interrogation qui n’apparaît pas dans l’annonce de ce matin, poursuit M. Cloutier.

Si ça se réalise, ce serait une bonne nouvelle. Ça nous permettrait de consolider l’usine de Gatineau. C’est une usine importante. Ça semble donc être une nouvelle positive. Cependant, on n’a pas énormément de détails par rapport à ça, à la forme que ça pourrait prendre. On va s’enquérir de ça dans les prochaines semaines, conclut Daniel Cloutier.

De son côté, le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, explique, par la voix de son directeur des communications, Mathieu St-Amand, vouloir travailler avec le Groupe Papier Excellence.

C’est toujours dommage quand une compagnie avec un siège social au Québec est vendue. Ceci dit, Résolu était déjà détenu par des intérêts canadiens. Le nouvel acquéreur, le Groupe Papier Excellence souhaite maintenir les emplois du siège social de Montréal et nous allons travailler avec eux dans ce sens. Depuis 2018, nous avons investi plus de 250 M$ dans des entreprises qui souhaitent renforcer leur siège social au Québec, écrit M. St-Amand, dans un courriel transmis à Radio-Canada.

Avec les informations de Gabriel Le Marquand Perreault et Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !