•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise chez Vitalité : le nouveau président du C. A. « tend la main aux détracteurs »

Mathieu Picard

Mathieu Picard, nouveau président du conseil d'administration de Vitalité, tend la main à ceux qui critiquent la gestion du réseau de santé dans une entrevue qu'il accorde à Michèle Brideau.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Les critiques à l'encontre du Réseau de santé Vitalité fusent de toutes parts ces temps-ci et devant les nombreux défis qui attendent l'organisation, le nouveau président du conseil d’administration de Vitalité, l’avocat Mathieu Picard de Moncton, veut se faire rassembleur.

Je veux tendre la main à des gens qui sont nos détracteurs ou des gens qui ont fait des commentaires à l’égard de la régie. Je vois ça comme l’opportunité d’apprendre de ces gens-là, leur tendre la main, travailler avec eux pour identifier les solutions, affirme Mathieu Picard au cours d’une entrevue accordée mercredi.

Dans une lettre ouverte, des personnalités acadiennes influentes critiquent la gestion de Vitalité qu’ils qualifient de repoussoir.

Rino Volpé, ancien PDG de Vitalité, Bernard Richard, ancien ombudsman du Nouveau-Brunswick, Denis Losier, ancien ministre provincial et PDG d’Assomption Vie, et William Laplante, médecin à la retraite et membre du groupe Égalité santé en français, font état de problèmes de gestion chez Vitalité, dont un climat de travail malsain, et ils demandent une enquête indépendante.

Le nouveau président du conseil d'administration dit qu’il serait prématuré de sa part de se prononcer sur l’idée d’une enquête indépendante puisqu’il vient tout juste d'entrer en poste.

Toutefois, il dit reconnaître que les signataires de la lettre ont une variété d’expertises qui peuvent aider le réseau à améliorer les choses.

Mathieu Picard propose déjà des pistes de solution, par exemple de rendre permanent le comité temporaire du conseil d’administration sur les ressources humaines. De le doter d’un mandat clair qui a trait à la rétention, au maintien des employés, au recrutement et également de travailler sur l’atmosphère de travail.

Il ajoute que c’est sans doute les ressources humaines le plus grand défi organisationnel de Vitalité présentement, mais il rappelle que toutes les sphères de la société connaissent des défis du même genre.

Avec des renseignements de Michèle Brideau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !