•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 3 ans de consultations, le Plan de Vancouver enfin présenté au conseil municipal

Vue sur un quartier de Vancouver.

Le Plan de Vancouver permettrait de créer une stratégie plus cohérente et cohérente pour le développement de la ville, plutôt que de continuer à développer les quartiers de manière individuelle.

Photo : Gian-Paolo Mendoza/CBC

Radio-Canada

Après plus de trois ans de consultation, le Plan de Vancouver sera présenté au conseil municipal mercredi. Toutefois, il comprend peu de détails concrets, car le véritable plan de mise en œuvre ne sera présenté qu'après les élections municipales de l'automne prochain.

Le Plan de Vancouver, mis de l’avant par l’administration du maire Kennedy Stewart, vise à établir une stratégie d’aménagement cohérente pour tout le territoire de la ville et à coordonner les stratégies de développement individuelles de chaque quartier.

Au cœur des préoccupations : le logement, l’environnement, le transport et les espaces publics.

La Municipalité s'est faite avare de détails sur les moyens à prendre pour réaliser ses ambitions, du moins pour l'instant. Aucune modification de zonage ou de règlement n’est proposée pour le moment. On ne retrouve pas non plus d'échéances ni de plan financier dans le Plan de Vancouver.

La Ville compte présenter ces détails dans un autre plan d’aménagement, qui viendra plus tard. Il ne sera toutefois pas produit avant les prochaines élections municipales d’octobre 2022, ce qui signifie qu’une autre administration sous un autre maire pourrait devoir s’y pencher.

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, s’est défendu de remettre la responsabilité du plan de mise en œuvre à la prochaine administration.

C’est un processus qui devait nécessairement se faire en deux étapes, assure-t-il.

Il ajoute que le retard a été causé, entre autres, par la pandémie et le départ de nombreux employés municipaux.

Je crois que ce sont des bases solides pour un plan très détaillé qui viendra plus tard, dit la conseillère municipale Adriane Carr, qui avait proposé la première motion en lien avec le Plan de Vancouver lors du premier conseil municipal après les élections de 2018.

« J’aurais voulu que ce soit réalisé en un seul mandat, mais cela a été impossible en raison de la COVID-19. Ce sont des cibles belles et précises pour nous orienter dans l’avenir. »

— Une citation de  Adriane Carr, conseillère municipale

La densification au cœur de la stratégie

Le document de 85 pages présenté par la Ville de Vancouver accorde une grande importance à la question de la densification du territoire, l’une des préoccupations phares de l’administration Stewart. La majorité du développement se ferait le long des réseaux de transport public.

On y détermine cinq types de quartiers différents : le centre-ville, les zones où il y a du transport rapide, les quartiers du centre et les quartiers plus éloignés, puis les zones où on retrouve de nombreux multiplex.

Chaque type de quartier aurait une politique distincte de développement et d’espaces publics.

La Ville affirme que c'est la première fois qu’elle entreprend un processus de planification à cette échelle, depuis près d’un siècle.

Le plan doit coordonner 50 plans de zonage locaux et plus de 100 autres politiques, explique Adriane Carr. Nous devons fusionner le tout, pour que les gens comprennent comment, où, et quand le développement va se faire.

Changement de dernière minute

Même si on travaille sur le plan depuis plus de trois ans, Kennedy Stewart a proposé un changement de dernière minute pour protéger les locataires qui pourraient perdre leur logement en raison de la mise en place du Plan de Vancouver.

Plus de 10 millions de dollars ont déjà été dépensés pour le plan, notamment en consultations virtuelles et en personne.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !