•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un balado sur la mémoire et l’enfance, avec la conteuse acadienne Clara Dugas

Une femme âgée met un morceau de linge sur une corde à linge. Derrière elle, une église. Un drapeau de l’Acadie est aussi sur la corde à linge. Il s’agit d’un montage coloré. On peut aussi lire sur l’image « Acadie, de mère en fille ».

Les quatre épisodes du balado « Acadie, de mère en fille » sont disponibles depuis mercredi sur la plupart des plateformes de diffusion en ligne.

Photo : Gracieuseté : Festival interculturel du conte de Montréal

Radio-Canada

La conteuse acadienne Clara Dugas prend le micro dans le tout nouveau balado Acadie, de mère en fille. Le balado explore les thématiques de la mémoire et de l’enfance à la Baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse.

La Société acadienne de Clare a collaboré avec le Festival interculturel du conte de Montréal (FICM) pour ce projet qui vise à faire rayonner l’oralité francophone acadienne.

Les générations de femmes acadiennes de la lignée de Clara Dugas seront au cœur de son histoire racontée avec humour dans le balado Acadie, de mère en fille.

Enseignante de carrière, Clara Dugas est bien connue dans sa région pour ses talents de conteuses qui donnent vie à l’Acadie rurale de la Nouvelle-Écosse.

C’est un peu notre star conteuse de la Baie Sainte-Marie, lance la directrice générale de la Société acadienne de Clare, Natalie Robichaud.

Une vue aérienne de l'église et du campus de l'Université Sainte-Anne.

Une vue aérienne de la région acadienne de Clare, aussi connue comme «la Baie Sainte-Marie».

Photo : Gracieuseté/André Valotaire

Il s’agit du premier projet de balado de la société.

À l’approche du Congrès mondial acadien 2024, Natalie Robichaud estime que la diffusion de ce balado permettra une belle visibilité de la tradition du conte oral des Acadiens de la région.

Ça démontre un peu comment on vit ici, à la Baie Sainte-Marie, dit-elle.

Le balado est un mode de diffusion idéal pour le conte et les récits, souligne pour sa part la directrice du FICM, Stéphanie Bénéteau. Il offre une grande liberté et entraîne notre imaginaire. Il donne la place à un contenu approfondi et créatif.

Femmes acadiennes

Les quatre épisodes d’Acadie, de mère en fille ainsi qu’un prologue sont disponibles depuis mercredi sur la plupart des plateformes de diffusion en ligne.

Le premier épisode, intitulé Ma grand-mère, mon trésor, se concentre sur l’histoire de la grand-mère de Clara, une femme stricte et religieuse qui se battait à main nue avec les coqs.

Dans le deuxième épisode, La famille américaine débarque, l’auditeur entendra le récit de la visite à la Baie Sainte-Marie des tantes américaines de Clara.

Le visage riant de Clara Dugas.

La conteuse acadienne de la Nouvelle-Écosse, Clara Dugas.

Photo : courtoisie

Le troisième épisode, Le permis de Mam, raconte les péripéties hilarantes de la mère de Clara au ministère des transports, où, dépressive, elle doit faire face à un inspecteur de permis de conduire anglophone.

Pour terminer, Clara Dugas propose avec l’épisode Les cheveux de Marie-Marthe un traité sur les cheveux comme outil d’affirmation de soi, à une époque où la vie d’une Acadienne pouvait être bien difficile.

Un prologue sera également mis en ligne et racontera l’histoire de Marie Josephte Robichaud, pionnière et fondatrice de la Baie Sainte-Marie en 1768, survivante du Grand Dérangement.

Avec les informations de Pascale Savoie-Brideau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !