•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mont Pétain, à cheval entre l’Alberta et la Colombie-Britannique, a été débaptisé

Geoffrey Taylor et Duncan Taylor au sommet d'une montagne.

Duncan Taylor (à l'avant) explique que c'était très important pour son père, Geoffrey Duncan, (à l'arrière) que le mont Pétain soit débaptisé.

Photo : Duncan taylor

Radio-Canada

En 2016, Geoffrey Taylor, aujourd’hui décédé, a demandé aux gouvernements albertain et britanno-colombien de débaptiser le mont Pétain, car il ne voulait plus qu’il porte le nom du maréchal Philippe Pétain, qui s'est rangé aux côtés du régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale.

L'Alberta avait accepté sa requête, mais la décision de la province voisine se faisait attendre. Après son décès, il y a deux ans, son fils, Duncan Taylor, a repris la démarche. Je crois qu’il aurait été contrarié que cela ait pris autant de temps, mais je crois aussi qu’il aurait été soulagé que ce soit enfin terminé, dit Duncan Taylor.

La montagne portait le nom de mont Pétain depuis 1919, en l'honneur de Philippe Pétain, une façon de reconnaître sa participation à la victoire de la bataille de Verdun en 1916.

C'est le nom d'une bataille importante qui opposait les troupes françaises aux troupes allemandes durant la Première Guerre mondiale.

Pétain : la collaboration avec les nazis

Durant la Seconde Guerre mondiale, le maréchal Pétain capitule, signe l’armistice en 1940 et prend la tête du régime de Vichy.

Il collabore alors avec l’Allemagne nazie, en permettant notamment l’instauration de lois antisémites et la déportation de juifs, dans le camp d’internement de Drancy, devenu camp de transit vers les camps d’extermination, dont celui d'Auschwitz.

Le maréchal Pétain et Adolf Hitler se serrant la main le 24 octobre 1940.

Le maréchal Pétain et Adolf Hitler se serrant la main le 24 octobre 1940.

Photo : Wikipédia/Heinrich Hoffman

Aucun acte héroïque réalisé pendant la Première Guerre mondiale ne peut compenser ces gestes, estime Duncan Taylor.

L’organisation juive B’nai Brith a aussi demandé un changement de nom

Un sentiment que partage Marvin Rotrand, directeur de la Ligue des droits de la personne à B'nai Brith. En 2021, il a demandé au nom de l’organisation juive de débaptiser le mont Pétain, mais aussi le glacier et un ruisseau.

Il a fait déporter 76 000 Juifs dans les camps de la mort à Auschwitz et ailleurs. Son régime a aussi brimé tous les droits des Français en faveur des Allemands pour les aider contre les alliés incluant le Canada. Donc j’étais très surpris de voir son nom paraître pas seulement une fois, mais trois fois , dit Monsieur Rotrand.

Dans un communiqué de presse, B’nai Brith explique que d’autres groupes ont appuyé les demandes de changement de nom, dont l’Association canadienne des guides de montagne.

« Nous sommes très heureux que la Colombie-Britannique ait pris les bonnes mesures dans ce dossier. »

— Une citation de  B’nai Brith, communiqué de presse.

Il faut maintenant trouver un nouveau nom à la montagne nichée entre deux parcs provinciaux, le parc Peter Lougheed, en Alberta, et le parc Elk Lakes, en Colombie-Britannique.

B’nai Brith suggère celui de Michael De Vries, du Irish Regiment of Canada. Il a été tué au combat en Italie le 25 mai 1944.

Marvin Rotrand a aussi demandé le changement de nom du mont Bedaux et du passage Bedaux dans le nord de la Colombie-Britannique. En 1944, il s’est donné la mort dans une prison de la Floride, où il était détenu pour trahison. Il s’était, lui aussi, rangé du côté des nazis durant la guerre.

Après la Seconde Guerre mondiale, Philippe Pétain a été condamné à mort pour haute trahison. En raison de son âge, sa sentence a été commuée en prison à vie. Il est mort en 1951.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !