•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents du village de Gaultois songent à déménager

Un bateau de pêche sur la mer devant le village.

Gaultois était autrefois un port d’attache de colons français venus pêcher la morue. Ses derniers résidents songent maintenant à déménager (archives).

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

La Presse canadienne

Les résidents d'un ancien village de pêche situé le long de la côte sud de l'île de Terre-Neuve se demandent s'ils ne devraient pas faire leurs valises et tout laisser derrière eux pour de bon.

Les habitants de Gaultois ont signalé au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador qu'ils aimeraient profiter du programme de relocalisation communautaire de la province, une pratique gouvernementale qui remonte aux années 1950.

Mais que cela se produise ou non dans le cadre du programme, la directrice du Gaultois Inn, Susan Hunt, affirme que la municipalité sera probablement vide dans quelques décennies de toute façon.

La communauté vieillit et il n'y a pas de jeunes, a déclaré Mme Hunt, 71 ans, dans une interview donnée mardi. Les gens meurent.

Beaucoup de personnes du village sont âgées et tombent malades, et elles devront déménager pour se rapprocher des soins médicaux, a-t-elle ajouté.

Le village au lever du jour.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gaultois se situe sur la côte sud de Terre-Neuve, dans la région de Coast of Bays (archives).

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère-Aycoberry

Gaultois est l'une des cinq communautés le long de la côte sud de Terre-Neuve inaccessibles par la route. Pour s'y rendre, les visiteurs doivent prendre un traversier ou un hélicoptère. Sa population est passée de ce que Mme Hunt estime avoir été d'environ 700 personnes au début des années 1980 à moins de 100 personnes.

La localité a déjà voté sur la question de son déplacement, mais le pourcentage d'électeurs en faveur était inférieur à 90 %, le seuil provincial en vigueur jusqu'à l'automne dernier pour déclencher le processus de réinstallation. En octobre, la province a abaissé ce seuil à 75 % et les résidents de Gaultois ont de nouveau contacté des représentants du gouvernement pour relancer leur demande.

C'est un processus compliqué, impliquant plusieurs étapes. Jusqu'à présent, un vote préliminaire a suggéré que plus de 75 % des 78 personnes interrogées souhaitaient déménager, a déclaré mardi le ministère provincial des Affaires municipales dans un courriel.

Susan Hunt explique que le gouvernement invite les gens à remplir un formulaire demandant depuis combien de temps ils vivent à Gaultois et s'ils possèdent leur propre maison et depuis combien de temps. Les résidents pourraient être payés jusqu'à 270 000 $ pour quitter leur maison.

Un enjeu émotionnel

Le déménagement des communautés est une question qui suscite l'émotion à Terre-Neuve-et-Labrador. Susan Hunt signale que personne dans Gaultois n'aime parler du déménagement potentiel.

Le sujet ne revient jamais, a-t-elle dit, même pas lors de la récente célébration de la fête du Canada au centre communautaire.

Le gouvernement provincial a commencé à réinstaller les communautés dans les années 1950, peu après l'adhésion de la province au Canada. La pratique s'est accélérée après le moratoire de 1992 sur la pêche commerciale à la morue, qui a anéanti les emplois et les moyens de subsistance de plus de 30 000 personnes.

Un homme fume une cigarette sur le pont du traversier.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gaultois n'est accessible que par traversier ou par hélicoptère (archives).

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Susan Hunt relate qu'elle a déménagé à Gaultois dans les années 1960, alors qu'elle était adolescente. Son père travaillait sur des chalutiers de pêche qui quittaient la communauté et il voulait que sa famille soit proche à son retour de ses voyages, a-t-elle déclaré.

Il y avait plusieurs usines de transformation du poisson en activité dans la localité quand elle est arrivée et la plupart des gens y travaillaient, ou sur les bateaux.

L'endroit était alors en plein essor, dit-elle.

La dernière usine de poisson de Gaultois a fermé en 2009. Il reste maintenant quatre élèves à l'école, bien qu'une femme de la région ait eu des jumeaux il y a 18 mois.

Pourtant, l'auberge Gaultois Inn s'en sort assez bien. Beaucoup de visiteurs de partout dans la province et d'ailleurs au Canada qui sont curieux de connaître la région viennent y séjourner.

Quant à elle, Susan Hunt n'a pas envie de dire ce qu'elle pense du déménagement de la communauté. Je vais suivre le courant. Je ne vais pas dire que je suis contre ou que je suis pour; je vais juste aller avec tout le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !