•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de registre des loyers à Trois-Rivières, pour l’instant

Une rue bordée de triplex en été.

Une majorité d'élus de Trois-Rivières souhaite avoir plus de temps pour se pencher sur la façon d'aider les citoyens face à la crise du logement.

Photo : Radio-Canada / Pascale Langlois

Le conseil municipal de Trois-Rivières ne s'est finalement pas prononcé sur un registre du logement. Après s’être fait présenter un avis juridique, qui n’a pas été rendu public, une majorité d'élus a dit mardi vouloir prendre le temps d'étudier le dossier en profondeur avant de voter sur un projet de règlement visant à créer un registre.

Un avis juridique présenté aux conseillers municipaux mardi va dans un autre sens que celui présenté par le collectif qui réclame la création d’un registre, a déclaré Pierre-Luc Fortin, lors de la séance du conseil municipal. En juin, le collectif a présenté un avis juridique qui donnait le feu vert à la Ville pour établir un registre qui rendrait public le prix des logements, dans l’objectif de freiner les hausses déraisonnables.

« D’un côté, [un avis juridique présenté aux élus] dit qu’il faut protéger les données personnelles des gens, mais d’un autre côté, je me dis : "qu'est-ce qu'on fait pour protéger les citoyens par rapport aux hausses de loyers?" »

— Une citation de  Pierre-Luc Fortin, conseiller municipal

Pierre-Luc Fortin déplore par ailleurs que l'avis juridique présenté aux conseillers soit confidentiel.

À la lumière des interventions faites durant la rencontre publique, une conclusion semble faire l’unanimité : les conseillers municipaux veulent aider les Trifluviens à faire face à la crise du logement, mais la façon de les aider reste toutefois à être déterminée.

[Le registre des loyers], ça mérite réellement considération, mais sans précipitation, a déclaré le conseiller municipal Pierre Montreuil. Son collègue Luc Tremblay croit, d’après ce qui leur a été dit mardi après-midi, que le registre tel que présenté, on n’a pas le droit de le faire.

Il n’existe actuellement aucun registre des loyers dans la province. Quand on souhaite innover et servir d’exemple, de bon exemple, je pense qu’on doit avoir un souci de prudence, a souligné le conseiller Dany Carpentier.

En début de la séance, la mairesse suppléante a lu un message rappelant que les élus ont mandaté l’administration de développer des pistes de solution pour développer un programme pour atténuer les effets de cette crise du logement.

« L’enjeu de la disponibilité des logements à tarif accessible pour les citoyens et citoyennes est primordial pour les membres du conseil municipal. »

— Une citation de  Maryse Bellemare, conseillère municipale et mairesse suppléante

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, était absent de la séance publique en raison de la COVID-19.

Une prise de parole controversée

À la fin de la séance, juste avant la période des questions des citoyens, le conseiller municipal Pierre-Luc Fortin a demandé à s’exprimer sur le sujet, même si le point n’était pas à l’ordre du jour. 

Des citoyens qui brandissent des pancartes dans la salle de l'hôtel de ville.

Les citoyens venus assister à la séance du conseil municipal mardi se sont mis à scander : « un registre, un registre », pour appuyer la tenue d’une discussion sur le sujet et manifester leur appui à la création d'un registre.

Photo : YouTube/Ville de Trois-Rivières

M. Fortin voulait notamment pouvoir expliquer publiquement le fruit des discussions tenues en comité de travail des élus plus tôt dans la journée. C'est ce qui a donné lieu aux interventions publiques des conseillers sur la question, mais son geste n’a pas plu à tous.

Les conseillers municipaux Jonathan Bradley et Alain Lafontaine ont pris la parole pour déplorer le fait que Pierre-Luc Fortin ait décidé, de sa propre initiative, de ramener le sujet du registre durant le conseil municipal.

On s’était entendu de faire un message qui dit qu’on travaille sur le dossier à l’ouverture de la séance, mais il y en a qui cherche le centre médiatique, moi, ce n’est pas mon cas, a déclaré Jonathan Bradley. Ça fait deux semaines en ligne qu'on a de petites surprises, mais nous, on veut travailler en équipe.

D'autres collègues, comme Luc Tremblay et Pascale Albernhe-Lahaie ont appuyé publiquement l’initiative de Pierre-Luc Fortin.

Je veux saluer le courage de mon collègue Pierre-Luc Fortin, a déclaré Luc Tremblay, ce qui a déclenché des applaudissements dans la salle qui était remplie presque à pleine capacité pour l’occasion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !