•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assurance-maladie : la famille McGee obtient un sursis pour payer 30 000 $

Le couple et les deux enfants sont assis sur une pente rocheuse devant un phare.

La famille de Brody et Charlotte McGee qui a déménagé du Maine au Nouveau-Brunswick attend depuis octobre 2021 ses cartes d'assurance-maladie provinciale et doit payer entre-temps des frais médicaux d'environ 30 000 $, mais l'agence de recouvrement leur accorde un sursis, selon elle.

Photo : Gracieuseté : Charlotte McGee

Radio-Canada

La famille de Brody et Charlotte McGee, qui a accumulé une dette de 30 000 $ en frais médicaux depuis son déménagement au Nouveau-Brunswick et qui attend toujours ses cartes d’assurance-maladie, a reçu une bonne nouvelle.

Charlotte McGee affirme que la famille obtient un sursis accordé par l’agence de recouvrement chargée de leur dossier. Le propriétaire, dit-elle, a communiqué avec eux pour les informer que leur dossier est mis en veilleuse. Il a expliqué, selon elle, qu’il n’était pas au courant du retard du traitement des demandes d’inscription à l’assurance-maladie.

C’est un énorme soulagement, souligne Charlotte McGee. Elle précise qu’il reste encore bien des formalités, mais elle se réjouit du fait que cette dette ne nuit pas aux finances de la famille pour le moment.

Les McGee ont déménagé du Maine au Nouveau-Brunswick l’an dernier. Charlotte est née aux États-Unis. Brody est un citoyen canadien qui a eu une carte d’assurance-maladie provinciale dans le passé.

Ils ont demandé leurs cartes d’assurance-maladie en octobre 2021 et ils attendent depuis ce moment. Entre-temps, ils ont accumulé des frais médicaux d’environ 30 000 $, notamment pour la vaccination ordinaire des enfants, des services médicaux d’urgence pour une maladie de l’estomac et des soins de santé mentale qui ont entraîné une hospitalisation.

Le recouvrement de leur dette a été confié à l’agence Eastern Credit Management, qui leur avait donné, il y a environ deux semaines, un délai de 30 jours pour payer ou pour fournir un numéro d’assurance-maladie, sinon la dette serait signalée à une agence d’évaluation du crédit.

Le propriétaire de l’agence, Tom Creamer, affirme qu’il ne peut parler de cas précis pour des raisons de protection de la vie privée, mais il confirme que l’entreprise essaie habituellement de s’entendre avec les débiteurs, de ne pas leur causer de stress additionnel et de les aider dans le cadre du processus de règlement.

Le traitement des demandes d’inscription à l’assurance-maladie accuse des retards en raison de l’arrivée d’un nombre record d’immigrants et de Canadiens d’autres régions du pays.

Le ministère provincial de la Santé indique que la date d’entrée en vigueur d’une carte d’assurance-maladie peut être rétroactive, ce qui rend possible le remboursement des frais admissibles. Entre-temps, les frais médicaux non payés sont confiés à des agences de recouvrement.

De nombreux appuis du public

Charlotte McGee ajoute que la famille est réconfortée par les nombreux témoignages d’appui qu’elle reçoit depuis qu’elle parle publiquement de ses difficultés.

Des gens ont même proposé à la famille de l’aider à payer les frais médicaux, souligne Mme McGee. La famille n’accepte pas cet argent, dit-elle, mais ces appuis apaisent tous ses doutes sur sa décision de déménager au Nouveau-Brunswick.

Charlotte McGee dit que les gens au Nouveau-Brunswick sont de bonnes personnes même si leur gouvernement tarde à régler les demandes d’inscription à l’assurance-maladie.

D’après un reportage de Mia Urquhart, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !