•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruit sur la rue Yamaska : Sherbrooke approuve la construction d’un mur antibruit

L'hôtel de ville de Sherbrooke

L'hôtel de ville de Sherbrooke. (archives)

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke ira de l’avant avec la construction d’un mur antibruit qui sera érigé entre un secteur industriel et la rue Yamaska. Des citoyens affirment subir des nuisances sonores provenant des entreprises du secteur depuis plusieurs années.

Le conseil municipal était toutefois divisé sur la pertinence du projet. 6 élus ont voté contre alors que 8 élus se sont plutôt positionnés en faveur.

Plusieurs conseillers municipaux craignent que d’autres citoyens réclament une intervention similaire de la Ville dans leur quartier. Je vois mal qu’on commence à installer des murs antibruit partout parce que des entreprises on en a beaucoup, a déclaré la conseillère municipale Nancy Robichaud. Sinon, je serais la prochaine à vouloir mettre un mur antibruit entre ma maison et l’industrie.

D’autres ont souligné que le directeur du service de planification à la Ville de Sherbrooke a déclaré que le mur pourrait ne pas être aussi efficace que prévu. M. Tremblay a été assez clair que le mur n’aurait pas les effets escomptés, a souligné la conseillère Annie Godbout.

« Je peux vous confirmer que le bruit est réel, dérangeant et que 7 ans, c’est beaucoup trop long pour endurer autant de bruit.  »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, mairesse de Sherbrooke

La mairesse Évelyne Beaudin s’est quant à elle portée à la défense de la démarche. Pour moi, si l’installation d’un mur peut éviter une approche de distribution d’infractions, ça vaut le coût d’essayer, d’autant plus que ce mur-là est mobile. Si jamais ça ne fonctionne pas, on pourra le relocaliser au besoin, a-t-elle souligné.

Même son de cloche du côté de la conseillère Laure Letarte-Lavoie. Devant cette souffrance quotidienne, on ne peut pas rester les bras croisés. On ne peut pas s’en laver les mains, en plus ça fait des années. Jamais je ne pensais dire cela un jour, mais construisons le mur.

Le mur antibruit nécessitera un investissement de plus de 350 000 $ et sera érigé par le Groupe Ramo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !