•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

QG de l’entrepreneuriat : des dépenses supplémentaires de près de 5 M$ pour Sherbrooke

La cathédrale de Sherbrooke vue à travers une fenêtre.

Le Quartier général de l’entrepreneuriat est un projet de la Ville de Sherbrooke. Des entreprises liées au domaine du savoir et de l’innovation, ainsi que des organismes publics et parapublics y cohabiteront (archives).

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke devra investir près de 5 millions de dollars supplémentaires pour permettre la concrétisation du Quartier général (QG) de l’entrepreneuriat de Sherbrooke. Ce projet vise à regrouper plusieurs acteurs économiques dans un même lieu.

La mairesse, Évelyne Beaudin, avait bon espoir que le projet puisse bénéficier d’une aide financière de l’État, ce qui ne sera finalement pas le cas. Ce projet est le symbole même de c’est quoi une zone d’innovation (concept développé par le gouvernement du Québec), a souligné la mairesse. C’est sûr que la déception est très grande quant au refus du gouvernement de financer le QG.

Mme Beaudin explique que si le conseil avait décidé de résilier le contrat plutôt que d’accepter la hausse des dépenses, la Ville aurait été perdante. Selon des estimations, ça ne coûterait pas moins cher (la résiliation) que le dépassement de coûts de l’appel d’offres, a-t-elle déclaré en précisant que le bail prévoit un versement de 37 M$ sur 20 ans au Groupe Custeau.

« On ne s’attendait pas à ces coûts, mais j’ose croire qu’on va être créatif pour trouver de nouvelles sources de revenus pour compenser.  »

— Une citation de  Annie Godbout, conseillère municipale

Plusieurs autres élus ont exprimé leur inconfort ou leur opposition au projet. C’est notamment le cas de la conseillère Catherine Boileau. C’est un projet qui coûte vraiment cher et j’ai l’impression qu’on s’est fait mettre un projet dans le fond de la gorge et qu’on est pogné avec cela.

Plusieurs autres conseillers municipaux ont choisi d’appuyer le projet, tout en se montrant préoccupés par les dépenses assumées par la Ville. Il faut s’élever et regarder globalement l’ensemble de l’œuvre, a déclaré Annie Godbout. Il demeure que le QG est un des piliers de l’écosystème entrepreneurial.

En avril dernier, les promoteurs du QG estimaient réaliste que les services de soutien aux entrepreneurs du territoire soient regroupés d’ici la fin de l’année 2022.eu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !