•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étape du projet Champlain village urbain est suspendue à Gatineau

Une modélisation en 3D du quartier résidentiel.

Une maquette du projet Champlain village urbain de Brigil (archives).

Photo : site web de Champlain village urbain

Le conseil municipal de Gatineau a décidé mardi de suspendre une étape d’un projet résidentiel du groupe Brigil dans le secteur d’Aylmer, après un remblai illégal sur un terrain municipal adjacent.

Champlain village urbain est déjà en construction à l’ouest du pont Champlain, entre le boulevard Lucerne et le chemin d’Aylmer. Deux édifices sont déjà érigés.

Les élus ont reporté l'approbation d'un plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA) visant à permettre la construction d’un nouveau bâtiment de 156 logements, après que des anomalies eurent été constatées sur le terrain.

Un sous-traitant a retiré une couche de terre dans un terrain adjacent qui appartient à la Ville, et a fait un remblai qui a détruit le milieu naturel, a expliqué la conseillère du district Mitigomijokan, Anik Des Marais, en caucus préparatoire mardi après-midi.

Le projet immobilier se situe dans un corridor écologique. Il toucherait aussi un milieu humide, ont souligné de nombreux citoyens présents à la séance du conseil municipal pour demander une meilleure protection de cet espace.

Certains ont également rapporté avoir vu du plastique et des débris de construction dans le remblai.

Une solution pour remettre le terrain en état

Le groupe Brigil a reconnu son erreur. L'entreprise a reçu un avis d'infraction et a proposé une solution pour remettre le terrain en état avant le 30 août, a précisé l’administration.

Dans une précédente version de ce texte, nous indiquions que le groupe Brigil avait été mis à l'amende. La Ville de Gatineau précise qu'il s'agit plutôt d'un avis d'infraction qui a été émis.

Bien que certains élus se sont dits rassurés par la volonté du promoteur de rétablir cette anomalie, la conseillère Des Marais se questionne.

L’expérience nous a démontré, dans d’autres projets – et je ne parle pas nécessairement de ce promoteur-là – que souvent, ça traînasse. Souvent, il y a une compensation qui est offerte par le promoteur qui n’a rien à voir avec la réhabilitation du milieu qui est endommagé, a-t-elle fait valoir.

Onze élus ont voté en faveur du report de deux résolutions touchant Champlain village urbain au prochain conseil municipal.

La construction de ce projet doit s’étaler sur 10 ans. Anik Des Marais espère que ce report servira à faire les choses correctement [...] pour que la suite du projet se passe bien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !