•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Île de Vancouver : des urgences pourraient fermer en août, alerte un employé

Une personne passe entre deux ambulances garées.

Selon un employé de l'hôpital de Port Alberni, garder les urgences ouvertes obligerait les médecins à travailler pendant 12 à 16 heures durant plusieurs semaines consécutives. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Les urgences de l'hôpital général West Coast (WCGH) à Port Alberni, sur l'île de Vancouver, pourraient être fermées pendant une bonne partie des mois d'août et de septembre en raison d'une pénurie de personnel.

Un employé de l'hôpital, s'exprimant sous couvert d'anonymat, prévient que les urgences pourraient être fermées pendant des périodes de huit heures par jour si une solution n'est pas trouvée pour combler les quarts de travail. Cet employé assure qu'une fermeture a été évitée de justesse en juillet.

Ces urgences desservent une ville de plus de 18 000 habitants et reçoivent généralement entre 60 et 80 visites par jour.

L'employé, un professionnel de la santé, explique que si les urgences fermaient, les patients devraient voyager une heure et quinze minutes jusqu'à Nanaimo, ou près de deux heures jusqu'à Tofino, ce qui entraînerait une période de trois heures pendant laquelle une ambulance ne serait pas disponible pour les autres appels dans la communauté.

Le service d'incendie de Port Alberni et le détachement de police ont déclaré avoir été informés de cette perturbation potentielle. Dans un communiqué, la régie de santé de l'île de Vancouver écrit qu'il n'y a actuellement aucune perturbation prévue au WCGH et qu'une fermeture se produirait en dernier recours [...] après que toutes les stratégies d'atténuation possibles auront été explorées et épuisées.

Une fermeture des urgences à Port Alberni serait la dernière d'une série de fermetures temporaires d’urgences dans de petites collectivités. Plus tôt au printemps, les urgences de Port McNeill, dans le nord de l'île, ainsi que d'autres dans l'intérieur et le nord-est de la province ont fermé subitement, car des médecins n'étaient pas disponibles pour remplir les quarts de travail.

Pas plus tard que lundi, les urgences de l'hôpital Nicola Valley de Merritt ont fermé sans préavis après qu'un médecin des urgences soit tombé malade. Elles ont rouvert à 8 heures le lendemain. Les personnes nécessitant des soins d'urgence ont été redirigées vers l'hôpital Royal Inland de Kamloops, ou l'hôpital général de Kelowna, à plus d’une heure de route chacun.

Impuissance des Villes

Lundi, le ministre de la Santé Adrian Dix a déclaré qu'il était au courant de la fermeture à Merritt, mais n'a pas commenté directement les fermetures potentielles à Port Alberni. Nous allons continuer à faire ce que nous avons fait, c'est-à-dire embaucher et développer des ressources dans notre système de santé.

La présidente de l'Association des médecins de la Colombie-Britannique, la Dre Ramneek Dosanjh, trouve que ces fermetures sont incroyablement préoccupantes et qu’elles illustrent un manque d'équité entre les communautés rurales et urbaines.

« Une salle d'urgence est généralement une mesure qui sauve des vies et, si nous disons que nous ne pouvons pas avoir cela, ne pouvons pas fournir cela à une communauté, quel type de soins disons-nous que nous pouvons fournir? C'est dévastateur, dans un pays comme le nôtre et une province comme la nôtre. »

— Une citation de  Dre Ramneek Dosanjh, présidente, Association des médecins de la C.-B.

La présidente dit qu’après deux ans de pandémie et six ans de crise des drogues toxiques, les médecins de toute la province sont confrontés à l'épuisement professionnel et à des fardeaux sans précédent sur leur santé mentale. Ce n'est pas une chose facile pour les médecins de ne pas se présenter, ou pour les infirmières de ne pas venir, ce sont des décisions prises à leur heure la plus sombre.

Selon l’employé de l'hôpital de Port Alberni, garder les urgences ouvertes obligerait les médecins à travailler pendant 12 à 16 heures durant plusieurs semaines consécutives.

La mairesse de Merritt, Linda Brown, explique que lorsqu'un médecin se déclare malade, la Ville ne peut pas faire grand-chose pour que les urgences fonctionnent et qu’elle a une capacité limitée à travailler sur l'embauche et la rétention des médecins.

À quatre heures de Port Alberni, la mairesse de Port McNeill, Gaby Wickstrom, explique quant à elle que sa communauté se prépare à davantage de perturbations des services des urgences au cours de l'été.

L'hôpital de la ville a vu ces derniers mois ses urgences être temporairement fermées ou en diversion, c'est-à-dire que les personnes qui se présentent aux urgences sont traitées, mais que les patients arrivant en ambulance sont redirigés vers Port Hardy, à une demi-heure de là.

Dans l'éventualité d’une fermeture simultanée des urgences de Port Hardy et de Port McNeill, les patients seraient redirigés vers Campbell River, à deux heures de route, explique Gaby Wickstrom.

D’après les informations de Michelle Ghoussoub et Kathryn Marlow

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !