•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lectures de contes animées par la drag queen Barbada annulées à Saint-Laurent

Barbada tenant un livre devant plusieurs enfants installés sur le sol, dans une garderie.

Cela fait plusieurs années que Barbada lit des contes aux enfants.

Photo : Shari Okeke/CBC

Fanny Bourel

Depuis 2016, la drag queen Barbada propose son activité L’heure du conte dans différentes bibliothèques pour donner aux enfants l’envie de lire. Début juin, sa venue à la bibliothèque de Dorval a suscité des messages haineux et menaçants. Et l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, vient d’annuler deux lectures de contes qu’elle devait donner dans des bibliothèques à la suite d’un inconfort exprimé par des personnes élues.

La division des bibliothèques de l’arrondissement de Saint-Laurent a informé Sébastien Potvin, alias Barbada, que les deux activités L’heure du conte planifiées en novembre dans deux bibliothèques de cet arrondissement n’auraient pas lieu.

Les raisons précises de cette annulation ne lui ont pas été communiquées, mais on lui a expliqué que des personnes élues de cet arrondissement, dont le conseil est uniquement composé de membres du parti municipal Ensemble Montréal, n’étaient pas à l’aise relativement à sa venue.

Ils m’ont informé que le maire d’arrondissement [Alan DeSousa] était ouvert à l’idée de me parler, mais j’aurais aimé que cela se fasse avant d’annuler, regrette Barbada, qui a réagi avec surprise et incompréhension à la déprogrammation de ses lectures de contes.

Le maire DeSousa dans l'entrée de sa mairie d'arrondissement.

Alan DeSousa

Photo : Radio-Canada

Alan DeSousa n’a pas donné suite à la demande d’entrevue de Radio-Canada.

Toutefois, l’artiste ne baisse pas les bras : J’ai bon espoir de pouvoir rencontrer le maire et de proposer quelque chose comme une conférence.

On doit se parler et prendre le temps de s’écouter, a ajouté Barbada, mardi, en entrevue à l’émission Le 15-18.

Des personnes mal informées, selon Barbada

Pour elle, la réaction de ces personnes élues résulte d’un manque d’information au sujet de l’art de la drag. Je peux comprendre. Dans ce qu’on voit dans les médias, il y a une certaine forme d’art de la drag qui n’est pas appropriée pour des enfants, a-t-elle dit.

Barbada l’explique d’ailleurs aux enfants qui viennent assister à L’heure du conte : Je leur dis : "Vous savez les enfants, si vous vous déguisez en Batman à l’Halloween, c’est super correct, mais je ne vous inviterai pas à aller voir le dernier film Batman, qui s’adresse à un public d’adultes."

C’est le même principe pour l’art de la drag : il y a des choses qui sont appropriées pour les enfants, mais d’autres qui sont faites pour les adultes, poursuit-elle.

Sébastien Potvin est enseignant et représentant syndical le jour et drag queen le soir. Il est photographié en habit de jour dans le studio 18 de Radio-Canada.

Sébastien Potvin est enseignant et représentant syndical le jour et drag queen le soir.

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

Enseignant en musique au primaire depuis 17 ans quand il ne prend pas l’apparence de Barbada, Sébastien Potvin est un pédagogue expérimenté. Barbada a aussi animé une émission musicale pour le jeune public, qui a été lancée sur ICI Tou.tv en mars.

Quand Barbada propose L’heure du conte dans des bibliothèques, des garderies ou des écoles, elle lit aux enfants des livres comme Le crocodile qui avait peur de l’eau, de Gemma Merino, qui parle d’un petit crocodile n’aimant pas aller dans l’eau contrairement à ses frères et sœurs.

Son objectif est d’amener les enfants à découvrir le plaisir de se plonger dans des histoires, mais aussi de faire passer un message d’acceptation et d’ouverture à la différence.

L’annulation de ses lectures de contes par l’arrondissement Saint-Laurent est loin de décourager Barbada, dont l’agenda est déjà bien rempli pour les prochains mois. Elle sera à la Grande Bibliothèque, à Montréal, le 6 août à l’occasion de la Semaine de la fierté.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a d’ailleurs soutenu les drag queens dans un message publié mardi sur Twitter.

J’apprécie vraiment son soutien, dit Barbada, qui souligne avoir toujours été accueillie chaleureusement par les bibliothèques montréalaises où elle s’est rendue.

D’autres lectures de contes contestées au Canada

Son Heure du conte organisée le 11 juin dernier à la bibliothèque de Dorval, dans le Grand Montréal, a toutefois déclenché l’envoi de messages haineux. Le personnel de la bibliothèque a été accusé d’aider des pédophiles et menacé de poursuites judiciaires. Des informations personnelles sur des membres du personnel ont également circulé en ligne.

Comme la bibliothèque a aussi reçu des menaces, l’événement s’est déroulé en présence de la police, qui a ouvert une enquête.

Dans le reste du Canada, plusieurs bibliothèques ont elles aussi reçu des critiques au sujet de lectures de contes animées par des drag queens en juin, le Mois de la fierté.

À la bibliothèque publique de Whitby, en Ontario, le personnel a été ébranlé par la cinquantaine de plaintes reçues. Ce n’est pas tant le volume de plaintes, c’est le degré de violence émanant des appels et des courriels [qui a secoué le personnel], a expliqué la directrice Rhonda Jessup à CBC.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !