•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle directrice de la DPJ Côte-Nord veut diminuer le nombre de signalements

Un enfant se balance sur une balançoire dans un parc.

Le manque de main-d'œuvre et le haut taux de signalements à la DPJ sur la Côte-Nord sont des défis qui attendent la nouvelle directrice (archives).

Photo : getty images/istockphoto / David Carpio

Le manque de main-d'œuvre et le haut taux de signalements à la DPJ sur la Côte-Nord sont des défis qui attendent la nouvelle directrice de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la Côte-Nord, Nadia Denis, qui est entrée en poste lundi.

Nadia Denis occupait depuis deux ans la fonction de directrice adjointe au sein de la DPJ de la région.

La Côte-Nord est encore une fois cette année la région québécoise où le taux de signalements à la DPJ par habitant est le plus élevé.

Selon Nadia Denis, il est même trois fois plus élevé qu'ailleurs au Québec.

Je ne vous cacherai pas qu'on a une liste d'attente sur la Côte-Nord d'enfants qui sont en attente de signalements, expose la nouvelle directrice.

Nadia Denis sourit à la caméra.

La nouvelle directrice de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la Côte-Nord, Nadia Denis.

Photo : Gracieuseté CISSS Côte-Nord

« On a plus de volumes de signalement, que de main-d'œuvre. C'est ça notre défi.  »

— Une citation de  Nadia Denis, directrice de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la Côte-Nord

Dans son nouveau mandat, Nadia Denis souhaite s'assurer que les enfants aient accès au service le plus rapidement possible, afin de diminuer au maximum les impacts qu'il pourrait y avoir sur eux.

Elle indique que le plus gros bassin de signalements sur la Côte-Nord se fait à partir des policiers lorsqu'ils interviennent par exemple pour des cas de toxicomanie ou de violence conjugale.

La nouvelle directrice souhaite que du travail soit fait en amont pour que les enjeux vécus par les enfants et les familles de la région soient mieux connus et ainsi éviter que les situations se rendent jusqu'à la DPJ. Elle veut aussi mieux faire connaître les différentes ressources qui sont offertes à la population dans ce genre de situation.

Nadia Denis invite les citoyens de la Côte-Nord qui se posent des questions sur certaines situations familiales, mais qui ne veulent pas nécessairement faire un signalement comme tel, à appeler pour une consultation au 1-800-463-8547.

Les gens signalent parce qu'ils sont préoccupés par la situation des enfants, et ça, c'est quelque chose qui est tout à notre honneur sur la Côte-Nord puisque ça veut dire que la population est très à l'écoute des besoins des enfants, développe Nadia Denis.

Pénurie de personnel

Tout comme plusieurs secteurs du CISSS de la Côte-Nord, la DPJ de la région doit faire affaire avec des agences privées pour combler son manque de personnel. Toutefois, Nadia Denis indique que les travailleurs des agences restent parfois pour de longues périodes, ce qui permet d'assurer une certaine stabilité pour les enfants.

C'est sûr qu'on prendrait encore plus de main-d'œuvre, soutient-elle.

S'inspirer des différentes commissions

La nouvelle directrice veut aussi s'inspirer des commissions Laurent et Viens pour améliorer les façons de faire, notamment avec les communautés autochtones de la région.

« Tout l'ajustement au niveau culturel, revoir nos interventions, nos façons de faire. De solliciter les communautés [autochtones] qui peuvent nous enseigner plein de choses, pour mieux répondre à leurs besoins. »

— Une citation de  Nadia Denis, directrice de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la Côte-Nord

Je trouve que ce sont de belles opportunités pour améliorer la réponse aux besoins de la population, qui vont être très stimulantes pour mon mandat, indique Nadia Denis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !