•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dignité de plusieurs athlètes a été compromise à l’École secondaire Saint-Laurent

C'est la principale conclusion d'une enquête du ministère de l'Éducation, déclenchée à la suite de l'arrestation de trois entraîneurs en février.

Des étudiants entrent dans l'École secondaire Saint-Laurent.

Les faits reprochés aux trois suspects se seraient produits entre 2008 et 2017.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« La dignité de plusieurs athlètes a été compromise durant leur passage à l'École Saint-Laurent », conclut l’enquête administrative mise sur pied après l’arrestation de trois entraîneurs accusés de crimes sexuels en février. Les enquêteurs recommandent entre autres une enquête plus large sur « le climat et l'incivilité » à l’école.

D’importantes lacunes ont été identifiées dans l’administration du programme de basketball de l’École secondaire Saint-Laurent (ESSL), peut-on lire dans un communiqué résumant les conclusions de l'enquête.

L’enquête administrative avait été déclenchée le 8 février à la demande du ministre de l'Éducation Jean-François Roberge.

Son mandat était d’examiner l'administration, l'organisation et le fonctionnement du Centre de services scolaire (CSS) Marguerite Bourgeois et de l’ESSL, particulièrement au regard de la gestion des situations impliquant tout comportement pouvant raisonnablement faire craindre pour la sécurité physique ou psychologique des élèves.

Moins d’une semaine auparavant, soit le 2 février, Daniel Lacasse, 43 ans, Charles-Xavier Boislard, 43 ans, et Robert Luu, 31 ans, avaient été arrêtés au terme d’une enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour une série de gestes de nature sexuelle.

Photos judiciaires des trois hommes.

Daniel Lacasse, Charles-Xavier Boislard et Robert Luu sont accusés de multiples délits de nature sexuelle sur au moins deux joueuses de basketball qui étaient mineures au moment des faits.

Photo : Radio-Canada

Les gestes reprochés auraient été commis à l’encontre d’au moins deux anciennes membres de l’équipe, entre 2008 et 2017.

Les accusés, bien connus dans le milieu sportif scolaire, font face à plusieurs chefs d'accusation.

Daniel Lacasse fait face à un chef d’exploitation sexuelle; Robert Luu est accusé d’agression sexuelle, de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels; et Charles-Xavier Boislard doit répondre à des chefs d’agression sexuelle, de contacts sexuels, d’exploitation sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels.

Une enquête plus large, une culture à changer

Compte tenu du niveau de confiance organisationnelle particulièrement faible qu’elle a constaté dans l’établissement scolaire, l’enquête recommande au gouvernement de mandater une firme externe indépendante afin de mener une intervention sur le climat et l'incivilité à l'ESSL.

L’enquête estime de plus qu'il faut outiller les CSS et les fédérations sportives afin de changer la culture des programmes sportifs et de prioriser le respect de la dignité des athlètes.

L'enquête formule également les recommandations suivantes :

  • améliorer les contrôles concernant les programmes sportifs à l'École secondaire Saint-Laurent;

  • mandater une firme comptable indépendante afin de procéder à un audit financier des programmes sportifs et en faire rapport au Ministère;

  • rendre obligatoire une formation sur l'intervention des témoins dans les écoles et sensibiliser à l'effet spectateur;

  • veiller au maintien du développement de l'excellence sportive à l'École secondaire Saint-Laurent et au soutien des athlètes.

Le Centre de service scolaire Marguerite-Bourgeoys a déclaré prendre acte des conclusions et des recommandations de l’enquête.

« L’administration du programme de basketball féminin de l’école étant visée par les constats, nous ne ménagerons aucun effort pour que celui-ci soit conforme aux attentes et reflète les valeurs de respect et de dignité que nous défendons. »

— Une citation de  Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys

Des initiatives en ce sens ont déjà été déployées au cours des derniers mois et nous poursuivrons le travail amorcé, poursuit le CSS.

Le ministère de l'Éducation s’est pour sa part engagé à donner suite à ces recommandations et à exercer une vigie concernant leur application dans le réseau, mais s'est refusé à faire d’autres commentaires pour ne pas nuire à l'enquête criminelle en cours.

Les trois hommes ont été libérés sous caution en attendant leur procès.

La police de Montréal, qui soupçonne l’existence d’autres victimes dans cette affaire, a publié un communiqué pour inciter des personnes qui auraient elles aussi été victimes ou témoins de gestes similaires depuis 2005 à communiquer avec ses enquêteurs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.