•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaincre l’itinérance, une question de volonté plus que de moyens, dit Marchand

Bruno Marchand accorde une entrevue à l'animateur du Téléjournal Québec, Bruno Savard.

Bruno Marchand ne perd pas de vue sa cible de l'itinérance zéro.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Québec et ses partenaires disposent des moyens et de l’expertise nécessaires pour venir à bout de l’itinérance, assure Bruno Marchand. Selon le maire, c’est la volonté de rassembler ces différentes ressources qui a fait défaut jusqu’ici.

Ce qui manque, ce ne sont pas les moyens, c'est notre capacité de les mettre ensemble puis d'avoir des acteurs : le ministère de la Santé, le CIUSSS, la Ville de Québec et d'autres [qui disent] : "on met notre tête sur le billot, [l’objectif] c'est l'itinérance zéro. On se donne tant d'années puis voici les moyens qu'on va mettre en place", a indiqué Bruno Marchand mardi en entrevue au Téléjournal Québec.

Il a fait un parallèle avec l’approche collaborative adoptée par la Ville, le Port de Québec et le ministère de l’Environnement pour s’attaquer au problème de la qualité de l’air dans le secteur Limoilou en multipliant les points de collecte des données.

Avant, il manquait quoi? Les capteurs de données n'ont pas été inventés cette année. Il manquait des gens pour dire : on accepte de faire ce travail-là en toute transparence, de faire le travail, de démontrer aux citoyens les données qu'on va recueillir et leur démontrer en temps réel, et ensuite, après, pouvoir prendre des actions. Bien l'itinérance, c'est comme ça, a fait valoir le maire.

Des projets qui fonctionnent

Il croit que les organismes communautaires et les travailleurs de rue de la capitale ont démontré qu’il est possible de lutter efficacement contre l’itinérance.

On a des projets, ici, [comme le projet] Porte-clés avecPech, qui [remporte] du succès à travers des moyens, notamment d'accès au logement, de support, de supervision pour des itinérants, pour des gens qui vivent des situations difficiles, et qui fonctionnent, a souligné Bruno Marchand.

Bruno Marchand accorde une entrevue à l'animateur du Téléjournal Québec, Bruno Savard.

Bruno Marchand ne perd pas de vue sa cible de l'itinérance zéro.

Photo : Radio-Canada

Le maire a essuyé à plusieurs reprises les critiques de ses adversaires pour son bilan en matière de lutte à l’itinérance. Les partis d’opposition n’ont pas manqué de rappeler sa promesse d’atteindre la cible de l'itinérance zéro.

La fermeture, le mois dernier, du Local Centre-Ville, dans le quartier Saint-Roch, a ramené le dossier de l’itinérance sur le devant de la scène. Bruno Marchand conserve l’objectif de trouver un nouvel espace où l’organisme pourra poursuivre ses activités.

Il faut trouver un local qui va permettre d'accueillir plus de monde, de bien les accueillir, avec les groupes communautaires, qui font un bon travail, et faire en sorte que ça soit ouvert encore plus longtemps, qu'on ait plus de ressources, a insisté le maire.

Il a toutefois précisé qu’il ne s’agissait pas de la seule solution au problème d’itinérance à Québec.

Avec des informations de Bruno Savard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !