•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camions de transport non conformes continuent de circuler dans le Nord de l’Ontario

Deux camions sur une route.

Les routes 11 et 17, dans le Nord de l'Ontario, sont un lien routier important pour le camionnage au pays.

Photo : offerte par la SGDN

La Police provinciale de l’Ontario et le ministère des Transports ont procédé à un blitz conjoint d’inspections de camions de transport du 20 au 24 juin dans les secteurs de Timmins, Cochrane, Kapuskasing et Hearst, avec comme résultat le retrait de 51 camions de la route.

En tout, 165 camions de transport ont été inspectés par la police, qui a distribué 145 constats d’infraction au cours du blitz qui a eu lieu le long de la route 11.

Parmi les camions visés, 51 d’entre eux ont dû être retirés de la route en raison de non-conformité.

La police fait notamment état d’infractions liées aux chauffeurs, comme le nombre d’heures de travail excédentaire, le permis expiré ou le manque de qualification des inspecteurs.

D’autres infractions liées à l’équipement, à l’entretien et au chargement des véhicules ont aussi été distribuées par la PPO.

Selon Patrick Leblanc, camionneur et fondateur du groupe Facebook La route 11/17 tue des gens, qui répertorie des enjeux de sécurité routière qu’on retrouve le long de la route 17, ce blitz d'inspection est insuffisant.

Il prend pour exemple les postes d’inspection des véhicules commerciaux, qui selon lui sont visiblement sous-utilisés par le ministère des Transports.

Patrick Leblanc assis dans un véhicule.

Patrick Leblanc est camionneur de métier depuis 25 ans.

Photo : Avec la permission de Patrick Leblanc

Je le demande souvent aux membres de notre groupe, est-ce que les balances sont ouvertes à New Liskeard, est-ce qu’elles sont ouvertes à Thunder Bay, et on me dit que la plupart du temps c’est non, explique M. Leblanc.

En tant que camionneur, M. Leblanc indique que lui et plusieurs autres routiers ont souvent des craintes en ce qui concerne la sécurité sur les routes 11 et 17 dans le Nord de l’Ontario.

On parle souvent d’un "carnage" sur les routes dans le Nord de l’Ontario, plusieurs camionneurs refusent de faire le parcours, ajoute-t-il.

Selon lui, c’est un autre exemple des inégalités entre le Nord et le Sud de la province.

La plupart des biens qui circulent dans le Nord de l’Ontario ont comme destination le sud de la province, mais ce sont les gens du nord qui doivent vivre avec les dangers sur leurs routes, déplore-t-il.

Compressions chez les inspecteurs provinciaux

Le député de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin, rappelle quant à lui que le NPD a souvent réclamé des ressources additionnelles pour d’avantage d'inspecteurs.

Il manque beaucoup d’inspecteurs, on le sait, ils ont beaucoup coupé dans les inspecteurs au cours des dernières années, et ça montre ce que beaucoup de concitoyens semblent constater, c’est qu’on voit beaucoup plus de conducteurs non expérimentés sur la route, qui prennent le clos, explique M. Bourgouin.

Il parle devant un micro.

Le député néo-démocrate de de Mushkegowuk - Baie James, Guy Bourgouin, lors d'une conférence de presse à l'Université Laurentienne.

Photo : Radio-Canada

L’an dernier, avant les élections, on tentait d’adresser le manque d’inspecteurs de route pour contrôler ce qui se passe sur nos routes, ajoute-t-il.

M. Bourgouin affirme que les postes d’inspection des camions sont ouverts si peu souvent que les camionneurs peuvent prévoir le moment d’ouverture pour les éviter.

Je parlais à des camionneurs pendant l’élaboration de mon projet de loi sur la sécurité des routes en hiver et des camionneurs me disaient : "Guy, les balances sont ouvertes tellement peu souvent que je peux prévoir exactement quand elles seront ouvertes, et si moi je peux le savoir, tous les camionneurs en province peuvent le savoir", raconte M. Bourgouin.

S’il apprécie la tenue de blitz d’inspection sur les routes, M. Bourgouin réitère que le nombre d’agents doit augmenter.

Marc Dupuis avec un chandail jaune dans un bureau.

Marc Dupuis croit que les postes d'inspection manquent de personnel.

Photo : Radio-Canada

Selon Marc Dupuis, maire de Mattice-Val Côté, le ministère des Transports de l’Ontario ne remplace pas les départs à la retraite de beaucoup de ses employés qui travaillent dans les postes d’inspection, ce qui fait en sorte que les postes d’inspection ne sont pas toujours ouverts.

Parfois il y a une agente du MTO de New Liskeard qui se déplace jusqu’ici pour inspecter les véhicules, c’est quand même 4 h 30 de route, déplore M. Dupuis.

Selon lui, les camions qui ont été stoppés en juin représentent une goutte dans un verre d’eau, on a arrêté quelques véhicules non conformes, mais on a sûrement plusieurs conducteurs non conformes, et on a pas le montant de gens pour s’attaquer à tout ça, indique-t-il.

Le sujet des camions de transport abordé en août

Le Groupe de travail pour les transports du Nord, qui se rencontre depuis janvier, n’a pas encore abordé le sujet des camions de transport commercial sur les routes, selon Danny Whalen, président de la fédération des municipalités du Nord de l’Ontario.

Portrait en gros plan d'un homme portant des lunettes.

Le président de la Fédération des municipalités du Nord de l’Ontario, Danny Whalen.

Photo : Temiskaming Shores

Mais selon lui, le comité va poser des questions au ministère des Transports afin d’obtenir des réponses au sujet de l’ouverture des postes d’inspection.

Nous avons le sentiment au sein du comité que les postes d’inspection et de pesée ne sont pas ouverts assez souvent, indique M. Whalen.

Certains sont fermés assez longtemps qu’ils ont l’air abandonnés, ça ne donne vraiment pas une impression que nous avons des routes qui ont l’air sécuritaires, ce n’est pas une belle image pour notre région, ajoute-t-il.

Le groupe de travail, qui inclut de nombreux élus du Nord de l’Ontario et des représentants du gouvernement, poursuit ses travaux et devrait aborder l’enjeu de l’inspection des camions de transport au cours du mois d’août.

Le ministère des Transports de l'Ontario n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !