•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat à la mairie Shaun Loney veut que Winnipeg mise sur la voiture électrique

La voiture électrique de Shaun Loney et une affiche électorale à son nom, posées dans le stationnement de La Fourche à Winnipeg, le 5 juillet 2022.

Shaun Loney promet l'installation d'au moins 500 bornes de recharge pour voiture électrique s'il est élu maire de Winnipeg aux élections municipales d'octobre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le candidat à la mairie de Winnipeg Shaun Loney veut que la capitale manitobaine fasse la transition écologique vers la voiture électrique. Il promet d'installer 500 bornes de recharge dans les espaces publics s'il est élu maire.

Il se donne d'ici la fin d'un éventuel mandat en 2026 pour réaliser cet objectif. Il vise entre autres des terrains municipaux et les rues pour l'installation de ces bornes.

Il veut aussi encourager les propriétaires à installer des bornes de recharge sur leurs terrains grâce à des incitatifs financiers.

La Ville pourrait avancer le coût d’installation des bornes sur les propriété privées. La somme prêtée serait remboursée graduellement sur les impôts fonciers.

Le candidat à la mairie a fait son annonce en faisant des tournées en voiture électrique avec les journalistes.

Les Winnipégois vivent des difficultés avec le prix de l'essence et s'ils ont à acheter un autre véhicule, on veut que ce soit un véhicule électrique. On estime que si les bornes sont utilisées dix heures par jour, elles vont se payer en trois ou quatre ans. L'infrastructure publique est importante dans notre plan, affirme Shaun Loney.

Ce dernier souhaite encourager les fondations en Amérique du Nord qui ont des investissements dans les entreprises pétrolières et gazières à investir à Winnipeg dans des infrastructures vertes.

M. Loney veut aussi augmenter la flotte de véhicules électriques de la Ville de Winnipeg, pour donner l'exemple.

Shaun Loney est dans le stationnement de La Fourche à Winnipeg, le 5 juillet 2022.

Shaun Loney s'est inscrit dans la course à la mairie de Winnipeg pour les élections municipales d'octobre 2022.

Photo : Radio-Canada

Réaction citoyenne

Le directeur général de l'organisme environnemental Éco-Ouest, Dany Robidoux, salue ce projet.

Au Manitoba, on sait que la plus grande part de la tarte des émissions de gaz à effet de serre provient des véhicules. Tenter le plus possible d'éliminer les gaz à effet de serre, c'est une bonne chose, affirme M. Robidoux.

Il indique que le gouvernement fédéral a une panoplie de programmes de financement pour la transition énergétique et ce serait bienvenue que la Ville y participe.

Toutefois, il y a des citoyens qui s'inquiètent de la difficulté à trouver des bornes de recharge s'ils ont à quitter la ville, sans compter le coût important des véhicules électriques.

Combien de personnes peuvent payer 60 000 $ pour une voiture, lance ainsi un Winnipégois rencontré dans Saint-Boniface, Robyn Brazzoni.

Mon inquiétude principale avec cette utilisation de l'électricité, c'est la façon dont ça touchera ma facture d'électricité, souligne pour sa part Zachary Macdonald.

Des candidats à la mairie veulent améliorer le transport en commun

D'autres candidats à la mairie ne sont pas convaincus de la nécessité d'un tel investissement pour les voitures électriques. Ils préféreraient améliorer le système de transport en commun.

Nous faisons un programme pilote d'électrification des autobus en ce moment, mais je pense que cela doit être beaucoup plus rapide. Les autobus produisent tellement de dioxyde de carbone, qu'accélérer l'électrification aurait un plus grand impact sur l'environnement, affirme Rick Shone.

Jenny Motkaluk affirme qu'elle ne présentera pas de propositions politiques avant la fête du Travail, mais avance qu'elle préfère se concentrer sur le transport en commun de Winnipeg.

Le candidat Glen Murray veut s'assurer que le dernier plan de changement climatique de Winnipeg soit mis en œuvre. Cela implique de travailler avec les autres niveaux de gouvernement, là où plusieurs sommes sont disponibles, dit-il.

Il est important d'avoir un plan global élaboré pour la prochaine décennie afin de déterminer le niveau de gouvernement qui est le plus à même de fournir le type d'infrastructure et le type de soutien nécessaires, soutient M. Murray.

Shaun Loney dit avoir également un plan pour améliorer le transport en commun et pour encourager le transport actif, qu'il dévoilera plus tard.

Avec les informations de Sam Samson et d'Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !