•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ensemencement avance à un « rythme presque normal », selon Statistique Canada

La chercheuse Sally Vail est debout dans un champ de canola aux fleurs jaunes, en tenant une feuille dans sa main, alors qu'un tracteur vert roule dans le champ derrière elle.

L'ensemencement du canola a connu une baisse cette année malgré de fortes demandes. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Radio-Canada

Selon Statistique Canada, les agriculteurs canadiens ont ensemencé davantage de blé, de lentilles, de maïs-grain et d'avoine cette année, mais moins de canola, d'orge, de soya et de pois secs.

Les conditions météorologiques enregistrées dans les Prairies ont eu un impact important sur la saison de croissance.

Les précipitations enregistrées au début de la saison dans le sud de l’Alberta et dans l’ouest de la Saskatchewan étaient en dessous de la moyenne saisonnière et ont aggravé les conditions de sécheresse enregistrées au cours de l'année précédente.

Des précipitations supérieures à la normale ont cependant été enregistrées du côté du Manitoba, dans le sud-est de la Saskatchewan et dans des régions du nord de l'Alberta.

Ces conditions météorologiques ont aidé à atténuer les déficits hydriques causés par la sécheresse de l'année précédente bien que des retards dans l’ensemencement aient été notés dans plusieurs de ces régions, notamment au Manitoba, à cause des inondations.

L’ensemencement du blé atteint son plus haut niveau en une décennie

Selon Statistique Canada, les agriculteurs canadiens ont ensemencé 25,4 millions d'acres de blé en 2022. Ceci représente une hausse de 8,7 % par rapport à 2021.

En Saskatchewan, la superficie de blé a augmenté de 10,4 % pour atteindre 13,2 millions d'acres, alors que les producteurs de l'Alberta ont ensemencé 7,6 millions d'acres de blé. Cela représente une hausse de 9,6 % par rapport à l'année précédente.

L’ensemencement du canola a connu une baisse de 4,7 % cette année par rapport à 2021, alors que l’ensemencement de l’orge a connu une diminution de 15,1 % en 2022, comparativement à l’année précédente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !