•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elle fait une crise d’appendicite, mais doit se rendre elle-même à l’hôpital

Une femme blonde est assise dans un parc.

La jeune Olivia Armstrong a dû être conduite par sa mère à plus de 100 kilomètres de l'hôpital de Red Deer parce qu'elle faisait une crise d'appendicite.

Photo : Sam Martin / CBC

Radio-Canada

Une Albertaine qui faisait une crise d’appendicite a dû se rendre par elle-même de Red Deer jusqu’à Camrose, une distance de plus de 100 kilomètres, pour être opérée en raison d’un manque d’ambulances.

Vers 4 h 45, le 25 juin, Olivia Armstrong, 21 ans, s’est rendue aux urgences de l'hôpital de Red Deer en raison de douleurs abdominales.

Elle a dû attendre plus de six heures pour passer une échographie qui a finalement révélé qu’elle avait une appendicite et devait subir une chirurgie de manière urgente.

En raison du manque de personnel, l'Hôpital de Red Deer lui a dit qu’elle ne pouvait pas être opérée sur place. Elle a dû attendre une heure de plus pour se faire dire qu'elle allait devoir être opérée dans un autre hôpital, à 140 kilomètres au nord-est de Red Deer.

On m’a dit que je devais aller à Camrose pour mon opération, mais qu’il n’y avait pas de transport pour m’y emmener et que je devais m'y rendre par mes propres moyens, explique Olivia Armstrong.

Sa mère, Roxzane Armstrong, l’a conduite jusqu’à Camrose, un trajet qui a pris une heure et demie.

Je me demandais: "Mais qu'est-ce que je fais s’il se passe quelque chose en cours de route?", dit-elle.

Olivia Armstrong a finalement été opérée à l'hôpital St. Mary's de Camrose.

Sa mère ne comprend pas comment une telle situation est possible en Alberta.

« C’est une situation désastreuse. Comment se peut-il qu'une nation aussi développée n'ait pas un meilleur accès aux soins de santé d'urgence? »

— Une citation de  Roxzane Armstrong

Un système sous tension

Le système de santé de l'Alberta, comme celui d'autres provinces, est aux prises avec divers problèmes après plus de deux ans de pandémie.

Selon Services de santé Alberta (AHS), au deuxième trimestre de 2022, les demandes pour des services d’urgences à l'échelle provinciale ont augmenté de 12 % par rapport au même trimestre l’an passé, et de nombreux ambulanciers sont absents pour raison de maladie.

Le nombre de patients dans les hôpitaux est revenu aux niveaux prépandémiques, mais leur prise en charge est compliquée par une pénurie de travailleurs de la santé, qui font aussi face à de l'épuisement professionnel.

Selon le médecin urgentiste Mike Weldon, de l'Hôpital de Red Deer, ses collègues et lui doivent composer avec des pénuries d'infirmières, des lits pleins et des salles d'attente très fréquentées.

« L'état du système s'effrite, et c'est un problème à l'échelle nationale. »

— Une citation de  Mike Weldon, médecin, Hôpital de Red Deer

Je suis retourné à mon bureau après avoir vu la majorité de mes patients et me suis pris la tête entre les mains en me disant : "Qu'est-ce qu'on fait? Est-ce que c’est cela, des soins de qualité?", dit-il.

L’interniste Kym Jim est du même avis.

C'est très difficile pour les médecins parce que nous ne pouvons pas fournir à nos patients les soins auxquels nous sommes habitués et auxquels ils s'attendent, les soins qu'ils devraient avoir.

« Nous nous excusons »

Services de santé Alberta (AHS) dit être au courant du cas d’Olivia Armstrong.

Nous reconnaissons que la situation a été difficile pour cette patiente et sa famille. Nous nous excusons pour le stress que cela a causé et nous examinons les circonstances entourant ce transfert de patient, a déclaré le porte-parole d’AHS, Kerry Williamson.

Il a ajouté qu’AHStravaille dur pour revenir à des services chirurgicaux normaux à l'Hôpital de Red Deer.

Kerry Williamson a précisé qu’AHS a notamment embauché 230 ambulanciers supplémentaires au cours des deux dernières années, créé 100 nouveaux postes permanents d’ambulanciers et recruté du personnel et des ambulances supplémentaires à Calgary et à Edmonton.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Steve Buick, a déclaré que ce dernier allait faire un suivi pour s'assurer que la jeune patiente n’avait pas été exposée à un risque indu et que la décision de l’envoyer dans un autre hôpital était appropriée.

Les soins de santé sont mis à rude épreuve dans toutes les provinces et dans d'autres pays en raison des impacts cumulés de la pandémie, a déclaré Steve Buick dans un courriel.

D'après les informations de Julia Wong

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !