•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir incertain pour le programme de gestion d’alcool du Lighthouse, à Saskatoon

Le refuge pour sans-abri Lighthouse à Saskatoon, en Saskatchewan.

Le programme de gestion d'alcool offre aux bénéficiaires un logement subventionné et une petite dose d’alcool médicalement contrôlée à des intervalles réguliers tout au long de la journée. (archives)

Photo : CBC / Dan Zakreski

Radio-Canada

Nul ne sait ce qui arrivera au programme de gestion d'alcool offert jusqu'à présent par le Lighthouse, à Saskatoon. Le chef du Conseil tribal de Saskatoon, Mark Arcand, a indiqué que son organisme n'en reprendra pas la responsabilité après que la province eut annoncé son intention de transférer hors du refuge certains des services qui y étaient offerts.

Nous essayons de sortir les gens de la drogue et de l’alcool. Alors je refuserais [de reprendre ce programme], a déclaré lundi Mark Arcand au micro de Saskatoon Morning, sur les ondes de CBC.

« Je ne crois pas qu’il faille laisser les gens prendre de la drogue. J’ai vu cela avec ma mère et je crois que ce n’est bon pour personne. »

— Une citation de  Mark Arcand, Chef du Conseil tribal de Saskatoon

Le programme de gestion d'alcool offre aux bénéficiaires un logement subventionné et une petite dose d’alcool médicalement contrôlée à des intervalles réguliers tout au long de la journée.

Jusqu'à présent, ce programme était offert au Lighthouse grâce à un partenariat entre l’Autorité de la santé de la Saskatchewan et le Service d'intervention en cas de crise de Saskatoon (SCIS).

Or, ce dernier s'est récemment retiré en raison des problèmes de leadership et de la situation de l’équipe du Lighthouse.

La directrice générale du SCIS , Rita Field, espère que le Conseil tribal de Saskatoon reviendra sur sa décision ou alors que d’autres organismes reprendront le programme de gestion d'alcool.

Selon Rita Field, un tel programme offre de nombreux bénéfices aux participants tels que la réduction du temps passé dans les refuges et la réduction de la consommation de produits contenant de l'alcool (rince-bouche, désinfectant pour les mains, etc.) en plus de réduire les risques de violence dans la rue.

De son côté, la directrice générale de Prairie Harm Reduction, Kayla DeMong, affirme que le fait de miser sur l’abstinence n’est pas une option réaliste pour tout le monde. Il est donc, selon elle, important d’offrir aux gens la possibilité de consommer des drogues ou de l’alcool de façon sécuritaire.

Besoin de précisions

De son côté, l'équipe du Lighthouse dit avoir demandé des précisions écrites au ministre des Services sociaux de la Saskatchewan, Gene Makowsky, afin de savoir quels services seront touchés par la décision du gouvernement d'en transférer un certain nombre.

Le refuge Lighthouse, à Saskatoon.

La province a annoncé son intention de transférer certains de ces services actuellement offerts au Lighthouse. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Une fois que nous aurons établi clairement les services qui ne seront plus financés et les échéanciers de transition vers d’autres fournisseurs de services, nous serons mieux placés pour évaluer les services que nous pouvons continuer d’offrir, explique le cogestionnaire du Lighthouse, Jerome Hepfner.

Pour l’instant, nous continuons d’aider les personnes dans le besoin avec les ressources dont nous disposons, ajoute-t-il.

Jeudi dernier, Gene Makowsky a déclaré dans une entrevue à la radio CKOM que certains services du refuge seraient transférés du Lighthouse au Centre de bien-être d'urgence du Conseil tribal de Saskatoon.

Cette décision fait suite à de récentes révélations selon lesquelles le dirigeant du Lighthouse utilisait les fonds de l'organisme pour des prêts personnels.

Le gouvernement explique que la transition prendra du temps et qu'on n'a pas fixé de date pour l'instant.

Avec les informations de Yasmine Ghania

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !