•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le corps de Charleric Ouellet retrouvé près du rang Saint-Ange

Des policiers déployés sur une ferme, en été.

Le corps du jeune homme a été retrouvé dans un secteur boisé situé au nord de la ferme Ernest Fiset.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Le corps qui a été retrouvé mardi matin sur une ferme du rang Saint-Ange à Québec est bel et bien celui de Charleric Ouellet, l’homme de 28 ans qui manquait à l’appel depuis près d’une semaine.

Le Bureau du coroner a confirmé son identité en début d’après-midi dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Une investigation est en cours afin de faire la lumière sur les causes et circonstances entourant le décès, a précisé l’organisme public chargé d'enquêter sur les décès.

Charleric Ouellet avait été vu vivant pour la dernière fois le 29 juin à la ferme Ernest Fiset, située sur le rang Saint-Ange, dans le quartier de L’Aéroport.

Charleric Ouellet sourit à la caméra, il porte des lunettes.

Charleric Ouellet était porté disparu depuis mercredi dernier.

Photo : Service de police de la Ville de Québec

Le jeune homme, qui souffrait de troubles neurodéveloppementaux, cueillait des fraises avec son père quand il a pris la fuite, sans raison apparente.

Sa disparition a mené à un important déploiement policier aux abords de la ferme au cours des derniers jours.

Découverte

Le corps de Charleric Ouellet a été retrouvé dans un bassin isolé situé au nord de la propriété, dans un secteur boisé, à quelques centaines de mètres au nord du rang Saint-Ange.

C’est un maître-chien qui a découvert la dépouille aux alentours de 9 h 15. Cette dernière a été récupérée par l’équipe de sauvetage nautique du Service de protection contre l’incendie de Québec.

Des techniciens en identification judiciaire et des enquêteurs de l’unité des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont été dépêchés sur les lieux.

Nous allons sur place pour vraiment expertiser la scène et l'endroit, vérifier si le décès de l'homme est lié à une incidence criminelle ou non et, par la suite, évidemment, l'identification du corps, a indiqué David Poitras, sergent aux communications pour le SPVQ.

Avec des informations de Guylaine Bussière

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.