•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. publie un classement des vieilles mines les plus à risque d’être contaminées

Un terrain contaminé dépourvu de végétation.

Les résidus de l’ancienne mine d'or de Montague, en Nouvelle-Écosse, contiennent tellement d'arsenic qu'aucune végétation n'y pousse.

Photo : CBC/Frances Willick

Radio-Canada

La province a publié son classement des anciennes mines les plus à risque d’être potentiellement contaminées.

La liste comprend 69 sites à travers la province qui abritait autrefois une gamme d'opérations minières datant des années 1800.

La plupart des sites les plus à risque sont d'anciennes mines d'or, alors que ceux qui arrivent au bas du classement sont des sites de mines, de cuivre, de charbon et de calcaire.

Dans la seconde moitié des années 1800, des gens de partout dans le monde sont venus en Nouvelle-Écosse en quête d'or.

Mais le traitement de l'or n'était pas soumis à des réglementations environnementales à l'époque, et des matériaux contenant des produits chimiques tels que le mercure et l'arsenic ont été déversés dans la nature laissant un héritage de contamination qui existe encore aujourd'hui.

Donnie Burke est directeur général de l'évaluation environnementale et de l'assainissement de l'agence provinciale de nettoyage, Terres Nouvelle-Écosse. Il explique que la province souhaitait recueillir autant d'informations que possible sur les sites avant de publier la liste.

« Nous ne voulions pas que les gens paniquent en pensant qu'ils vivaient à côté d'une soupe toxique. »

— Une citation de  Donnie Burke, directeur général de l'évaluation environnementale, Terres Nouvelle-Écosse

La liste a été créée en analysant chaque site pour les risques pour la santé humaine, la taille du site, les propriétés chimiques et physiques et l'écologie. Mais Donnie Burke dit que les gens ne devraient pas paniquer s'ils voient un site près de leur communauté sur la liste, car les contaminants sont relativement stables sur la plupart des sites.

Nous avons prouvé avec la science aux sites de Goldenville et Montague que le risque est très faible du point de vue de la santé humaine, affirme Donnie Burke. Ils ne présentent donc pas un risque imminent pour quiconque vit à côté d'eux.

La province s'est engagée à nettoyer les sites miniers contaminés sur les terres de la Couronne, en commençant par la mine d’or Montague près de Dartmouth, et celle de Goldenville, près de Sherbrooke.

Le coût de l'assainissement de ces deux sites à eux seuls est estimé à au moins 60 millions $, mais ce chiffre devrait augmenter.

Ces deux sites figurent parmi les cinq premiers du classement des risques.

Photo par satellite du site de Montague Gold Mines.

Les traces laissées par l’extraction de l'or à Montague Gold Mines sont bien visibles sur cette image par satellite.

Photo : Google Street View

La province travaille actuellement sur un plan de nettoyage pour Montague et règle des questions sur la propriété de certains des terrains touchés à Goldenville.

Cinq autres sites sont à l'étude, avec des propositions d'assainissement et des estimations de coûts attendues en octobre.

Certaines contaminations sur des terrains privés

La liste n'inclut pas toutes les anciennes mines contaminées.

L’agence Terres Nouvelle-Écosse est seulement responsable du nettoyage des sites sur les terres de la Couronne, les anciennes mines sur des propriétés privées ne sont donc pas prises en compte.

Est-ce la responsabilité du contribuable ou la responsabilité du propriétaire? C’est la question à laquelle nous sommes confrontés, explique Donnie Burke.

C'est une question sur laquelle nous revenons constamment au sein du gouvernement.

Avec les informations de Frances Willick de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !