•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fête du Canada : des commerçants déçus du niveau d’achalandage au centre-ville

Plusieurs personnes marchent sur la rue Wellington devant des drapeaux géants du Canada, installés sur la façade d'immeubles.

Des gens ont déambulé devant le parlement d'Ottawa le 1er juillet, même si les activités officielles ont eu lieu au parc des Plaines-LeBreton et à Zibi (archives).

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Radio-Canada

Des commerces d'Ottawa n'ont pas connu l’achalandage habituel de la fête du Canada qui attirait, avant la pandémie, les foules au centre-ville de la capitale nationale.

Sam Elsaadi, propriétaire de Creperium sur la rue Sparks, estime que, comparativement aux jours prépandémiques, il n'y avait presque personne autour le 1er juillet.

Certains touristes qui ont visité son commerce cherchaient les célébrations sur la colline du Parlement, car ils ignoraient que les événements officiels avaient été déplacés vers les plaines LeBreton.

C'est décevant. J'ai mes employés ici, je leur disais : ''Attendez-vous à ce que la fête du Canada soit occupée'', rapporte M. Elsaadi, alors que ce ne fut pas le cas.

Selon lui, les fermetures de rues ont effrayé des visiteurs et les ont gardés loin du centre-ville.

La tenue des spectacles loin du parlement a aussi eu un impact sur les entreprises du marché By et de la rue Bank, d'après lui.

Quel est le problème? C'est une autre manifestation, ajoute M. Elsaadi. C'est triste lorsqu'on apprend que les célébrations sont loin.

Jason Komendat boit son café dans son magasin de bicyclettes.

Jason Komendat est propriétaire de Retro Rides.

Photo : Radio-Canada

Un autre commerçant de la rue Sparks a fait un constat semblable. Jason Komendat, propriétaire de Retro Rides, a noté que la fête du Canada a été occupée, mais loin du niveau d'activité habituel pour un 1er juillet.

Selon lui, c’est en partie parce que très peu de résidents ont assisté aux festivités.

Je me suis senti vraiment frustré par la façon dont tout cela avait été géré. Je me rends compte qu'il fallait une certaine présence [policière], mais je pense que c'était vraiment exagéré, dit-il.

La mise en place d'une zone rouge a suscité de la crainte et a tenu les résidents à l’écart, ajoute-t-il.

Ce que nous vivons en tant que petite entreprise de la rue Sparks, c'est une mort lente. Nous aurons de la chance si nous arrivons à la fin de cette saison, ajoute M. Komendat. Nous avons des taxes foncières, des retards de loyer qui vont vraiment être impossibles à payer.

Bogdan Wozniak, vêtu d'un tablier et pince à la main, pose devant son grill.

Bogdan Wozniak à son kiosque de hot-dogs au centre-ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Bogdan Wozniak vend quant à lui des hot-dogs dans les rues du centre-ville chaque fête du Canada depuis 1988.

Bien qu’il ait vécu des années plus occupées, il a tout de même épuisé ses stocks, soit plus de 200 hot-dogs, avant 18 h 30 vendredi dernier.

De mon point de vue, c'était très bien organisé, très paisible, et une très agréable fête du Canada, souligne-t-il.

Un succès, selon les autorités

De son côté, Patrimoine Canada a dressé un bilan positif de la fête du Canada. Avec une météo favorable, on estime que de 80 000 à 100 000 personnes ont participé aux différentes activités cette année.

Pour Catherine McKenney, qui représente le quartier Somerset, la fin de semaine a également été un succès en partie grâce à la planification et la coordination des activités en marge des manifestations.

Je pense que l'essentiel est de ne permettre à aucune occupation de prendre racine, de ne permettre à aucun poids lourd ou tout autre type de véhicule d'entrer et de s'installer, explique Catherine McKenney.

Au total, les agents municipaux ont remis 527 contraventions de stationnement et remorqué 125 véhicules, selon un bilan diffusé lundi, au cours de la longue fin de semaine de la fête du Canada.

Selon les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !