•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En attente de sa carte d’assurance-maladie, une famille doit payer 30 000 $

Le couple et les deux enfants sont assis sur une pente rocheuse devant un phare.

La famille de Brody et Charlotte McGee qui a déménagé du Maine au Nouveau-Brunswick attend depuis octobre 2021 sa carte d'assurance-maladie provinciale et doit payer entre-temps des frais médicaux d'environ 30 000 $.

Photo : Gracieuseté : Charlotte McGee

Radio-Canada

La famille de Charlotte McGee au Nouveau-Brunswick doit payer des frais médicaux de plus de 30 000 $ qui se sont accumulés tandis qu’elle attend d’être inscrite à l’assurance-maladie provinciale.

Le couple et ses deux enfants ont déménagé du Maine à Saint Andrews l’an dernier. Ils ont fait une demande d’inscription à l’assurance-maladie en octobre et ils attendent depuis ce moment.

Charlotte est née aux États-Unis. Brody est un citoyen canadien qui a eu une carte d’assurance-maladie provinciale dans le passé.

Mme McGee affirme que sa famille immédiate ne dispose pas de 30 000 $, ni en argent comptant ni en crédit, et que ce n’est pas le cas non plus des autres membres de la famille.

Elle précise qu’ils ont déménagé au Nouveau-Brunswick parce que son mari, Brody, y compte des membres de sa famille et parce que le coût de la vie y semblait plus abordable.

Les frais médicaux sont liés à la vaccination ordinaire des enfants, à des services médicaux d’urgence pour une maladie de l’estomac et à des soins de santé mentale qui ont entraîné une hospitalisation.

Le ministère provincial de la Santé indique que la date d’entrée en vigueur d’une carte d’assurance-maladie peut être rétroactive, ce qui rend possible le remboursement des frais admissibles.

Charlotte McGee n’est pas rassurée. Elle se demande combien de temps la famille devrait attendre de recevoir un tel remboursement si elle pouvait payer 30 000 $.

Le traitement des demandes d’inscription à l’assurance-maladie accuse des retards en raison de l’arrivée d’un nombre record d’immigrants et de Canadiens d’autres régions du pays.

Entre-temps les factures des soins médicaux de la famille McGee ont été transférées à une agence de recouvrement. Cette dernière l’a informée, il y a deux semaines, qu’elle dispose de 30 jours pour payer la somme au complet ou fournir un numéro d’assurance-maladie, sinon la dette sera signalée à une agence d’évaluation du crédit. Le crédit du couple pourrait être touché, ce qui augmenterait les coûts de ses emprunts.

Enceinte et sans assurance-maladie

Brody McGee est encore plus inquiet parce que sa femme, qui est enceinte depuis 22 semaines, ne reçoit pas de soins prénataux par crainte de nouvelles factures.

M. McGee est la seule source de revenus du couple. Il remplit des contrats de courte durée d'infirmier autorisé. Il lui reste une année d'étude à compléter pour devenir infirmier praticien. Il fait ce qu’il peut pour suivre la grossesse de sa femme, mesurer le rythme cardiaque du bébé, mais il craint que des problèmes potentiels passent inaperçus sans véritables soins prénataux.

Charlotte McGee ajoute que le couple a soigneusement rempli tous les formulaires requis par le Nouveau-Brunswick et le gouvernement fédéral.

Le ministère de la Santé ne fait pas de commentaire sur des cas individuels, mais il dit que les demandeurs qui connaissent des difficultés peuvent s’adresser au service de défense des clients de l’assurance-maladie. Charlotte McGee affirme qu’elle a laissé plusieurs messages à ce service qui sont restés sans réponse.

D'après un reportage de Katie Hartai, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !