•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de Jean Beauchesne, après 2 ans à vivre avec le cancer en pleine pandémie

Jean Beauchesne avec sa casquette de Canadian Marathon Challenge.

Jean Beauchesne avait reçu son diagnostic de cancer incurable en juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Atteint d’un cancer incurable depuis environ deux ans, Jean Beauchesne a rendu son dernier souffle dans la nuit du 4 au 5 juillet 2022, à Trois-Rivières. L’homme était bien connu pour son implication dans les milieux culturel, politique et dans le secteur des communications.

Jean Beauchesne a notamment été journaliste, vice-président du Festival international DansEncore et de la Corporation des Petits Chanteurs de Trois-Rivières, directeur artistique ainsi que responsable des communications pour le marathonien Patrick Charlebois et la députée bloquiste Louise Charbonneau.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a tenu à lui rendre hommage. J’ai eu le plaisir de rencontrer Jean à plusieurs reprises et il laisse le souvenir d’un sourire et d’un optimisme à toute épreuve, écrit-il.

Le quinquagénaire a reçu la nouvelle du cancer du côlon et de la présence de métastases au foie en pleine pandémie de COVID-19, ce qui a rendu son parcours plus difficile.

Malgré ses problèmes de santé, Jean Beauchesne a continué à mordre dans la vie et à profiter de chaque instant.

En mars dernier, il lançait une campagne de financement pour la Fondation québécoise du cancer en partenariat avec la distillerie du Quai et l’équipe de course automobile Dumoulin Compétition. Malgré son diagnostic, il avait continué à participer à la création d’un spectacle hommage à Engelbert Humperdinck.

Lors d’une entrevue que Jean Beauchesne nous a accordée quelques semaines après avoir reçu la mauvaise nouvelle, à l’été 2020, il nous confiait comment il comptait affronter cet ultime défi. 

Je pense qu’il y a deux choix possibles, soit qu’on s’apitoie sur son sort ou qu’on l’accepte et qu’on devient résilient et qu’on se dit : "à partir de ce moment-ci, ma vie change, mais du même coup, c’est apprécier chaque minute, chaque heure, chaque personne qui nous envoie des messages d’encouragements", moi, c’est là-dessus que j’ai décidé de miser.

Jean Beauchesne aura été fidèle à sa philosophie jusqu’aux derniers moments.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !