•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations en Équateur : début du procès du leader autochtone Leonidas Iza

Leonidas Iza lève la main gauche.

Le dirigeant de la Confédération des nationalités indigènes d'Équateur fait face à trois ans de prison.

Photo : Reuters / Karen Toro

Agence France-Presse

Le procès du leader autochtone Leonidas Iza a débuté lundi, en Équateur, où il est accusé d'avoir organisé le blocage de routes lors des manifestations qui ont fait six morts et perdre un milliard de dollars à l'économie, selon le gouvernement.

Le procès se déroule dans la localité de Latacunga, à 80 km au sud de Quito.

C'est dans cette juridiction où Leonidas Iza, dirigeant de la Confédération des nationalités indigènes d'Équateur (CONAIE), avait été arrêté le 14 juin. Il avait été libéré sous caution 24 heures plus tard.

Le dirigeant autochtone, qui a signé le 30 juin un accord avec le gouvernement du président conservateur Guillermo Lasso pour mettre fin à 18 jours de mobilisation, était présent à l'audience.

Selon Raul Ilaquiche, l'un de ses avocats, le procès pourrait durer plusieurs jours en raison du nombre de témoins.

Le bureau du Défenseur du peuple, organisme public qui veille au respect des droits de la personne, a indiqué sur Twitter que ses délégués étaient présents à l'audience pour suivre le procès, qui se déroule à huis clos.

Leonidas Iza est accusé de paralysie d'un service public, un délit passible de trois ans de prison.

Des centaines de manifestants avec des pancartes à Quito.

Les manifestations contre le gouvernement ont commencé le 13 juin pour contester la hausse du prix du carburant.

Photo : Getty Images / AFP/VERONICA LOMBEIDA

Selon les autorités de Latacunga, quelque 2000 personnes se sont rassemblées pacifiquement devant le tribunal pour exprimer leur soutien au leader autochtone.

Si le centre de Quito a été particulièrement touché par la contestation, les autorités affirment que les blocages de routes ont visé 19 des 24 provinces du pays. Un millier de puits pétroliers ont aussi été bloqués en Amazonie.

Selon les dires de Guillermo Avellan, président de la Banque centrale, les 18 jours de contestation ont fait perdre à l'économie 1 milliard de dollars, soit 775 millions dans le secteur privé et 225 millions dans le secteur public.

La production de pétrole, qui atteignait 520 000 barils par jour à la veille de la contestation, a diminué de moitié pendant la crise. Elle est remontée dimanche à 461 600 barils, selon le ministère de l'Énergie

L'accord signé entre le gouvernement et la CONAIE prévoit notamment une baisse du prix des carburants, déjà entrée en vigueur.

La CONAIE a participé au renversement de trois présidents entre 1997 et 2005, et elle a remporté son bras de fer en 2019 avec l'ex-président Lenin Moreno (2017-2021) contre la fin d'une subvention aux carburants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !