•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bisbille entre ADM et des écologistes au sujet du papillon monarque

Un monarque se pose sur une plante.

Le monarque fait partie des insectes « spécialistes », car il ne mange que des asclépiades.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Coalition verte affirme qu'Aéroports de Montréal (ADM) a tondu et détruit près de 4000 plants d’asclépiades, alors que cette plante sert de lieu de reproduction au papillon emblématique dont les populations déclinent dans certaines régions. L’institution se défend.

Alors que Montréal a le statut de ville amie des papillons monarques, ADM aurait commis un acte gratuit de destruction de l'environnement, selon ce groupe écologiste.

La Coalition verte affirme que les opérations de tonte sur les 19 hectares du Champ des monarques ont détruit l'habitat de reproduction et la nourriture des monarques, ainsi que leurs larves.

Les bosquets et les arbustes du Champ des monarques ont tous disparu. Seuls les arbres ont été épargnés par la tonte d'Aéroports de Montréal. Les plants d'asclépiades qui s'y trouvaient ont été fauchés en fleurs, à quelques semaines de l'arrivée du papillon emblématique. Habituellement, ce qui arrive, c'est vraiment vers fin août, début septembre, où là, lors de la migration, tous les monarques arrivent, explique Benoît Gravel, qui milite pour TechnoparcOiseaux, l'organisme à l’origine de la découverte.

« Ça fait que, ce qui va arriver cette année, c'est qu'il n'y aura pas d'asclépiades, donc ils ne pourront pas, sur ce terrain-là du moins, se reproduire, se nourrir et se reposer. »

— Une citation de  Benoît Gravel, membre de TechnoparcOiseaux
Une partie du Champ des monarques, derrière une clôture.

Les bosquets et les arbustes du Champ des monarques ont tous disparu.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il s'agit d'une zone située au nord du Golf Dorval, qui avait, depuis 10 ans, été laissée en friche.

Cette zone fait partie d'un ensemble beaucoup plus vaste, un poumon vert d'environ 200 hectares, dont la valeur écologique est de plus en plus reconnue. Le député néo-démocrate Alexandre Boulerice fait partie de ceux qui aimeraient voir le site transformé en parc fédéral. Il faudrait soit résilier le bail pour en faire un parc, soit donner des indications, des instructions à Aéroports de Montréal pour être capable de le protéger, estime-t-il.

Une position partagée par la députée provinciale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, qui y voit un lieu approprié avec ses milieux humides pour remplir la promesse du gouvernement Trudeau de créer un parc urbain national dans chaque province et territoire.

Le Champ des monarques jouxte le parc des Sources.

Une vue aérienne du secteur

Photo : Gracieuseté TechnoparcOiseaux

Bien que les modalités du bail prévoient qu'ADM soit indépendamment responsable des décisions pour l'utilisation et le développement des terrains, elles comprennent également des exigences de protection de l'environnement, assure le cabinet du ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra.

Notre bureau fait des suivis hebdomadaires avec ADM pour connaître leur plan et les presser de progresser sur ce dossier. Notre gouvernement prévoit aussi tenir une rencontre prochainement entre le ministre et l'aéroport pour discuter de la situation, mentionne-t-il dans une déclaration écrite à La Presse canadienne.

Aéroports de Montréal se défend d'avoir mal agi

Si l’institution confirme avoir procédé à une coupe comme il est de mise de le faire dans le cadre des opérations normales d’entretien du site aéroportuaire, coupe qui visait à combattre l'herbe à poux, elle précise qu'il n'y a pas de champ de monarques à cet endroit précis.

Aucun signalement de monarque n’a été fait à cet endroit sur le site de Mission monarque en 2022, indique dans un communiqué de presse Éric Forest, porte-parole d’ADM.

Aéroports de Montréal affirme au contraire être la seule autorité aéroportuaire au Canada à avoir créé un parc écologique.

Il s’agit du parc écologique des Sources, une zone de 2 millions de pieds carrés au nord du site aéroportuaire qui serait un milieu à valeur écologique élevée qu’ADM s’est engagée à protéger et à mettre en valeur au bénéfice de la communauté, selon l’organisation.

Ces arguments ne satisfont pas TechnoparcOiseaux. L'organisme souligne que 126 monarques ont été comptabilisés sur le site depuis 2019 lors des journées spéciales consacrées à leur décompte. En outre, si aucun n'a été comptabilisé en 2022, c'est que les monarques qui font leur migration au Mexique n'étaient pas encore arrivés à Montréal. L’endroit à Montréal avec le plus grand nombre documenté d’asclépiades est bien le Champ des monarques, maintient l'organisme, qui souligne que d'autres espèces d'intérêt sont sur l'emplacement.

Les 150 hectares d’espaces verts loués par Transports Canada à ADM, le Champ des monarques, le Golf Dorval, des milieux humides et terrestres d'importance, de même que le Parc écologique des Sources sont susceptibles d'être développés par l'industrie tant que le statut fédéral ne sera pas changé, conclut TechnoparcOiseaux.

En début d'année, une entreprise de fabrication de masques médicaux a récemment abandonné son projet de construction d'une usine dans le Champ des monarques.

Avec les informations de Jérôme Labbé et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !