•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La victime du meurtre à Saint-Norbert était un homme de 59 ans, selon la police

Trois policiers sont à l'extérieur d'une maison.

Dimanche après-midi, la police était toujours sur les lieux d'un homicide survenu dans une maison de Saint-Norbert au cours de la nuit.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Radio-Canada

La police a identifié la victime du meurtre survenu dimanche matin à Saint-Norbert comme étant Salah Falah Hasan, un homme de 59 ans. Les policiers l’ont découvert dans une résidence de la promenade Houde, dans ce quartier situé dans le sud de Winnipeg.

Un communiqué du Service de police de Winnipeg publié lundi après-midi indique que les policiers se sont rendus à la résidence vers 3 h, dimanche, après le signalement de coups de feu.

Les policiers ont découvert un homme souffrant d’une blessure par balle. Il a été transporté dans un état critique à l’hôpital, où il a succombé à ses blessures.

L’Unité d’homicide enquête et n'a pas arrêté de suspect.

Dimanche, un inspecteur de police a indiqué qu’il ne s'agissait pas d’un acte de violence aveugle.

Les enquêteurs étaient toujours sur place dimanche après-midi. Des traces de balles étaient visibles dans la fenêtre de la façade de la maison.

Ce voisinage est rarement le théâtre d'événements violents, selon des résidents. Cheryl Kristjanson habite le quartier depuis près de 30 ans et l'a toujours trouvé très calme. Elle a cependant constaté un changement au cours des dernières années.

Un autre résident, Jamie Auld, est du même avis. C’est plutôt déconcertant, c’est assez près d'où j’habite. Nous allons probablement changer la manière dont nous faisons les choses, ajoute-t-il.

Le conseiller municipal de Saint-Norbert et président du conseil de police, Markus Chambers, se veut rassurant.

Le taux d’élucidation [de meurtres] est très élevé à Winnipeg. J’espère que ce sera le cas et que [le coupable] sera reconnu comme responsable de ses actions, dit-il.

Markus Chambers reconnaît cependant que le taux de crimes violents est en hausse dans la capitale manitobaine, comme partout au pays. Il attribue cette hausse à la situation économique actuelle.

Avec les informations d'Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !