•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise du logement difficile pour les personnes avec un dossier au TAL 

 Une affiche à louer

La recherche d'un logement est encore plus difficile pour les personnes qui ont un dossier au Tribunal administratif du logement. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quelques dizaines de ménages de Sherbrooke ont toujours recours à un hébergement d'urgence en attendant de trouver un logement. Cette recherche est encore plus difficile pour les personnes qui ont un dossier au Tribunal administratif du logement (TAL) pour loyer impayé.

C'est ce que vit Jessica Gagné, une mère monoparentale de deux enfants, qui tente en vain de faire valoir la nature particulière de sa situation.

Elle se retrouve dans un cul-de-sac depuis que son ancienne propriétaire l'a évincée pour non-paiement de loyer. Jessica Gagné dit avoir remboursé cette créance, qui ne s'efface pas pour autant de son dossier au TAL. Cette trace complique la recherche d'un nouvel appartement, même si Mme Gagné a droit au supplément de loyer de l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke.

Je me ramasse [...] à la rue. En hébergement dans un hôtel avec deux enfants, c’est loin d’être génial, constate-t-elle, découragée.

Jessica Gagné devant un bloc appartement.

Jessica Gagné espère trouver un logement.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

« J'aimerais m'asseoir avec le propriétaire et jaser. S’il veut des preuves, on va en apporter. Mais non, tu te fais fermer la porte »

— Une citation de  Jessica Gagné

J’ai baissé un peu les bras. Quand tu vis une situation comme ça, tu te trouves une mauvaise mère, ajoute-t-elle avec émotion. 

L’intervenant de l’Association des locataires de Sherbrooke Guillaume Manningham l'accompagne dans ses démarches. Le cas de Jessica Gagné n'est pas unique, souligne-t-il.

S'il y a un quelconque dossier au TAL, peu importe l’historique du dossier, on ne s'attarde pas au vécu de la personne. C'est refusé, donc malgré le programme de supplément au loyer, dans cette situation-là, Mme Gagné a été refusée, explique-t-il.  

Sandra Carrier est gestionnaire chez Gestion immobilière Dynamic, qui gère environ mille logements dans la région. Elle est venue retrouver Radio-Canada et Jessica Gagné lundi. Elle confirme qu'un dossier au TAL fait partie des critères de sélection d'entreprises immobilières.

« Au tribunal, les dossiers en non-paiement de loyer, c’est systématiquement refusé . »

— Une citation de  Sandra Carrier, gestionnaire chez Gestion immobilière Dynamic

Malheureusement, à ce temps-ci de l’année, le beau jeu est au propriétaire de choisir ses locataires. En tant que gestionnaires, c’est notre travail. On reçoit le dossier d’un locataire, on va faire les références avec l’ancien propriétaire, l’employeur actuel, on fait les références de crédit [...] Des fois, ça peut paraître tranchant et sec, par contre, c’est malheureux, mais c’est comme ça, indique-t-elle. 

Des exceptions sont toutefois possibles à l’occasion. Toute histoire mérite d’être entendue, précise la gestionnaire. Elle a d’ailleurs écouté les explications de Jessica Gagné, qui espère que cette rencontre sera concluante.

Avec les informations de Guylaine Charette 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !