•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle rampe de mise à l’eau de La Baie suscite des inquiétudes

Une rampe de mise à l'eau

La rampe est actuellement encombrée de débris. Elle ne devrait être accessible qu'à la fin de l'été.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La rampe de mise à l’eau qui a été aménagée sur l’ancien terrain de la Consol, dans l’arrondissement de La Baie, ne fait pas l’unanimité. Celle-ci sera accessible aux utilisateurs à la fin de l'été.

C’est que sa longueur est insuffisante pour permettre l’accès à l’eau lorsque la marée est très basse. Le président de l’organisme Promotion Pêche, Rémi Aubin, déplore cet aspect.

Il estime qu’il pourrait y avoir des conséquences négatives pour certains utilisateurs, notamment en cas d’orage.

Ça peut être dangereux. Prenez en fin de semaine, il y a eu un gros orage. Si vous êtes sur un bateau de 14-15 pieds sur le fjord et que le vent se lève, là vous vous dites : "Il faut que je débarque". Vous débarquez où à ce moment-là? Si on n’est pas capable de débarquer rapidement, le véhicule va s’enliser dans la vase par exemple, bien là, on est dans une mauvaise situation, soutient-il.

Rémi Aubin parle à des jeunes sous une tente.

Rémi Aubin s'inquiète de l'aménagement de la nouvelle rampe de mise à l'eau (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Rémi Aubin pointe aussi que des débris pourraient se retrouver sur la rampe lors de forts vents. Il espère la construction d'un brise-lame et d'autres installations pour corriger ces lacunes. Selon lui, Saguenay doit se préparer à une grande affluence lorsque la pêche au bar rayé sera autorisée.

De son côté, le président du Club de kitesurf Air-Lib de Saguenay, Robert Nadeau, craint que les modifications visant à rendre la rampe de mise à l’eau plus sécuritaire coûtent cher aux contribuables. À l’instar de Rémi Aubin, il estime que l’aménagement n’est pas optimal.

Il y a des gens d’expérience qui se promènent en bateau sur le Saguenay puis ils disent :  "On ne sera jamais capables d’aller là". S’il vente, tu n’as pas de coupe-vague. Il n’y a personne qui va rentrer là. Il n’y a personne qui va être capable de descendre ou d’entrer, croit-il.

Mise au point de la Ville

La Ville de Saguenay indique que les particularités du terrain et du fond marin où la rampe a été aménagée expliquent la situation.

Le porte-parole, Dominic Arseneau, fait valoir que la rampe devrait mesurer de 10 à 15 mètres de plus pour gagner environ 30 centimètres de profondeur d’eau. Cependant, comme le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques n’a pas autorisé des travaux de dragage dans le secteur, ce scénario n’était pas envisageable.

Un bâton dans l'eau.

À marée basse aujourd'hui, il n'y avait que 15 cm de tirant d'eau au seuil de la rampe de mise à l'eau.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Dominic Arseneau précise toutefois que la rampe demeurera accessible 88 % du temps pour les embarcations. Il recommande aux plaisanciers de bien planifier leurs sorties.

Quiconque navigue sur un cours d’eau sur lequel il y a des marées sait qu’il faut prévoir la marée pour embarquer et pour sortir. Bien sûr que ce serait agréable que toutes les rampes qui existent au monde pour se mettre à l’eau soient accessibles 24 heures sur 24, mais ce n’est pas le cas partout. Ce n’est vraiment pas 100 % des rampes d’accès à l’eau au Québec qui sont accessibles 24 heures sur 24 , mentionne Dominic Arseneau.

Un tableau indiquant l’horaire des marées sera installé sur le site.

D’après les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !