•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arnaqueurs à chiots, ces « manipulateurs émotionnels »

Un chiot sur l'épaule d'un individu.

Des fraudeurs tentent d'extirper de l'argent aux personnes désirant obtenir un chiot.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Tout a commencé quand Annette Cormier a vu une annonce sur les médias sociaux avec des photos d’un caniche ayant besoin d'un chez-soi.

Cela faisait un an qu’elle avait perdu son chien âgé de 17 ans. Elle se sentait prête à accueillir un nouveau chien chez elle, alors elle a immédiatement envoyé un message. Elle a parlé à une femme au téléphone, qui a demandé un virement électronique de 100 $ pour réserver le chiot.

Des semaines plus tard, Annette Cormier a perdu 1600 $ dans une escroquerie de chiots et le Bureau d’éthique commerciale du Canada atlantique a émis un avertissement à ce sujet.

Jouer avec les émotions

Cette arnaque est plus courante que les gens ne le pensent et est particulièrement efficace parce qu’elle joue avec les émotions des gens, a signifié Kristin Matthews, porte-parole du Bureau d’éthique commerciale du Canada atlantique.

« Les gens sont évidemment à la recherche de ces chiots en tant que nouveaux membres de la famille. Les fraudeurs deviennent des manipulateurs émotionnels. »

— Une citation de  Kristin Matthews, porte-parole du Bureau d’éthique commerciale du Canada atlantique

Annette Cormier a raconté qu’au cours des semaines où elle a eu affaire avec la prétendue vendeuse, cette dernière a semblé prévenante et gentille. Elle n’avait pas réalisé que c’était une arnaque jusqu’à ce qu’on lui donne deux fausses adresses de ramassage.

« C’est ma perte, c’est ma stupidité. Je ne veux pas que quelqu’un d’autre soit pris dans la même situation. »

— Une citation de  Annette Cormier

De manière anodine

Annette Cormier mentionne que tout a commencé assez innocemment. La personne qui a mis l’annonce lui a envoyé un contrat à signer pour prouver qu’elle était la nouvelle propriétaire. La date de ramassage était fixée. Mais ce matin-là, l’arnaqueuse a signalé que sa mère avait eu un accident, et qu’elle et le chiot étaient à Toronto.

Trois chiots collés les uns sur les autres.

Les chiots sont des animaux prisés des fraudeurs qui les utilisent pour amadouer leurs victimes.

Photo : Bright Eyes Dog Rescue

Elle m’a dit qu’elle allait m’expédier le chiot. Alors le temps est passé. Jour après jour. Mais où est le chiot?, a déclaré Annette Cormier.

L’arnaqueuse a affirmé que la société de transport voulait 3300 $ pour livrer le chiot. Annette Cormier a répondu qu’elle ne pouvait pas se le permettre, alors les deux parties ont décidé de partager le coût. Mme Cormier a alors fait un transfert électronique de 300 $.

Besoin de plus d’argent

Mais il n’y avait toujours pas de nouvelles du chiot. La fraudeuse a alors stipulé que la société de transport avait besoin de plus d’argent parce qu’elle avait hébergé le chien.

Cormier a confirmé qu’elle avait payé le montant même si elle a interrogé la fraudeuse.

Je lui ai dit : « Est-ce que tu traînes ça? Est-ce vraiment un chiot? Et elle revenait et disait : "Oh, eh bien, tu n’as pas de coeur. Vous êtes juste plus inquiet pour votre argent." Et ce pauvre chien est assis dans un entrepôt quelque part.

Je me sentais si coupable , a admis Mme Cormier.

Deux fausses adresses

Enfin, la fraudeuse lui a donné une adresse de ramassage sur le chemin Coverdale.

C'était un lot vacant.

Elle a transmis ceci à la femme, qui lui a donné une deuxième adresse juste à côté.

« Appelez-moi un pigeon, mais j’y suis allée. La résidente a été choquée de voir quelqu’un venir chez elle à la recherche d’un chiot. Nous avons parlé pendant quelques minutes et elle s’est sentie désolée qu’on me donne des réponses évasives. »

— Une citation de  Annette Cormier

Annette Cormier a noté qu’au fil des semaines, elle avait des soupçons, mais l’arnaqueuse était toujours en mesure de la rassurer.

La façon dont elle m’a parlé dans les messages, elle paraissait vraiment prévenante et elle est attentionnée à propos de mes sentiments. Ce n’est peut-être pas une arnaque, a-t-elle alors pensé.

Quand je suis allée à l’adresse et qu’il n’y avait pas de chien, c'était comme : "OK, je me suis fait arnaquer à coup sûr" , a-t-elle raconté.

Apprendre de ses erreurs

Mme Cormier prévoit communiquer avec la GRC. Elle n’espère pas récupérer son argent, mais elle veut raconter son histoire pour que les gens apprennent de son erreur.

Kristin Matthews explique que, malheureusement, une fois l'argent envoyé, il n’y a pas beaucoup de recours parce que les fraudeurs utilisent des méthodes de paiement intraçables et sont bons à cacher leurs identités. Il est courant pour les gens d’être embarrassés, mais cela ne devrait pas être une raison de ne pas le signaler par l’outil de suivi des fraudes de l’organisation afin que les autres soient au courant.

Ces escrocs sont vraiment doués pour cacher leur identité, devenir intraçable. C’est donc l’une de ces choses que nous devons signaler aux gens.

L’histoire de Mme Cormier se termine bien. Elle a réussi à trouver un chien grâce à une source fiable.

D'après un reportage de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !