•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel à la prudence après un accident de VTT impliquant un adolescent

Un véhicule de la Sûreté du Québec.

Un véhicule de la Sûreté du Québec.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Radio-Canada

À la suite d’un accident de VTT qui aurait pu coûter la vie à un jeune de 13 ans au Lac-Saint-Jean, la Sûreté du Québec et la Fédération régionale de quad font front commun. Elles lancent un appel à la prudence et à la vigilance, s’adressant particulièrement aux parents.

Vendredi dernier, un adolescent a fait une embardée alors qu’il conduisait un véhicule tout-terrain dans le 7e rang à Saint-Augustin. Il portait un casque, mais celui-ci n’était pas attaché. Le garçon a subi des blessures graves, mais son état s’est stabilisé et il n’est pas en danger.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête puisque la victime de l’accident était trop jeune pour piloter un VTT, ce qui va à l’encontre de la Loi sur les véhicules hors route.

Selon le porte-parole de la SQ, cette dernière est très précise.

Ça prend 18 ans pour conduire un VTT. Par contre, une personne de 16 ou 17 ans pourrait conduire un VTT si elle détient un certificat de compétence. Donc, sans certificat, c’est 18 ans et avec un certificat, c’est 16 ans , indique Hugues Beaulieu.

Il est difficile pour les policiers d’exercer une surveillance dans les milieux ruraux, où les VTT sont fréquemment utilisés.

Sentiers surveillés

Cependant, dans les sentiers fédérés comme ceux du Club Quad Saguenay, des agents formés à l’École nationale de police de Nicolet veillent au grain. D’ailleurs, il arrive régulièrement que des mineurs fréquentent ces sentiers.

Ils sont alors interceptés et les services policiers sont mis au courant. Les parents sont appelés à venir cueillir leur jeune.

Roch Duchesne dans un VTT.

Le président du Club Quad Saguenay, Roch Duchesne.

Photo : AFP / Mélyssa Gagnon

On ne peut pas faire de la poursuite non plus parce que ça pourrait mettre la vie en danger des deux personnes. On constate souvent que beaucoup de gens n’ont pas de casque. On ne se sent pas toujours concernés et, parfois, on pense que ça nous n’arrivera pas , mentionne le président du Club Quad Saguenay, Roch Duchesne.

La Sûreté du Québec et la Fédération régionale de quad en appellent à la vigilance des parents et rappellent que les mêmes règles s’appliquent pour les embarcations de plaisance comme les motomarines, fort populaires en période estivale.

D’après le reportage de Mélyssa Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !